sabato

Kirsten Flipkens: "Je n'ai joué au tennis que trois fois pendant le confinement"

Le déconfinement selon joueuse de tennis Kirsten Flipkens. ©Belga

Peu à peu, on reprend le fil de sa vie "normale". Mais le Covid-19 a-t-il changé le monde? Qu’en pense Kirsten Flipkens, joueuse de tennis professionnelle?

Quel est l’impact du coronavirus sur votre vie?

Là, je devrais être à Roland-Garros, mais le tournoi a été reporté. En 14 ans de carrière professionnelle, je ne suis jamais restée à la maison pendant deux mois d’affilée. Je vivais à du 100 à l’heure. Bien sûr, j’ai dû m’habituer à rester à la maison aussi longtemps, mais ça m’a fait du bien. À cause de ma carrière, je ne voyais pas beaucoup mes parents, mais, maintenant, je peux aller faire des courses pour eux et pour mes grands-parents. La crise sanitaire me permet de réfléchir à ce qui est important dans la vie, comme la santé de mes parents, de mon chéri et de mes collègues.

Avez-vous continué à vous entraîner pendant le confinement?

À la mi-mars, il a été décidé que les sportifs de haut niveau pouvaient à nouveau s’entraîner en salle. Je n’ai joué que trois fois pendant le confinement. C’est fort lié à l’âge: beaucoup de joueurs plus âgés ont formé leur jeu et ont avancé sur le plan tactique. Pour moi, l’important était de rester physiquement en forme. Je suis souvent allée courir et faire du vélo, et je me suis beaucoup entraînée dans ma salle de fitness, chez moi. Le plus important est de rester en bonne santé physique et mentale. Il est difficile de continuer à entretenir son mental quand on ne sait pas quand aura lieu le prochain tournoi.

"Il est difficile de continuer à entretenir son mental quand on ne sait pas quand aura lieu le prochain tournoi."
Kirsten Flipkens
Joueuse de tennis professionnelle

À votre avis, quand reprendront les tournois?

C’est impossible à dire. Roland-Garros a été reporté de deux mois. Mais, jouer à Paris, en septembre? Je ne sais pas... L’US Open est toujours prévu pour la fin du mois d’août, mais je ne pense pas qu’il aura lieu. D’autant plus quand on sait que le complexe a été transformé en hôpital pour accueillir des patients touchés par le coronavirus: les terrains sont couverts de lits. Le tennis est un sport mondial: les joueurs et leur entourage doivent pouvoir prendre l’avion pour se rendre aux tournois aux quatre coins du monde. J’ai bien peur que ce ne soit pas pour demain.

Le confinement a-t-il eu des conséquences positives pour vous?

Quand on est un joueur de tennis professionnel, on vit d’un tournoi au suivant: on n’a même pas le temps de se demander quel jour on est. Pendant le confinement aussi, il m’arrivait de ne plus savoir quel jour on était, mais dans un sens plus positif: j’ai pris le temps de réfléchir à la vie et de profiter de cette pause forcée. C’est le plus important! J’espère qu’on retiendra qu’il ne faut pas vivre pour travailler, mais travailler pour vivre.

"Pendant le confinement aussi, il m’arrivait de ne plus savoir quel jour on était, mais dans un sens plus positif: j’ai pris le temps de réfléchir à la vie et de profiter de cette pause forcée."
Kirsten Flipkens
Joueuse de tennis professionnelle

Qu’attendez-vous avec impatience une fois que les mesures de confinement seront assouplies?

Je suis souvent à l’étranger pour le travail et les voyages me manquent. Mais ce n’est pas l’essentiel pour moi: je voudrais juste retourner de temps en temps au restaurant ou aller boire un verre.

Lire également

Publicité
Publicité