Publicité
sabato

Twin Palms, États-Unis

L’architecte de la villa de Frank Sinatra à Palm Springs, E. Stewart Williams, est le parrain du modernisme californien. © Jeff Mindell

La maison de Frank Sinatra, témoin d'innombrables fêtes et intrigues.

© Jake Holt Photography 2016

CHECK-IN Si Palm Springs est devenu le nombril du glamour hollywoodien de l’après-guerre, c’est en partie grâce à Frank Sinatra. À la fin des années 1940, le chanteur s’y est fait construire cette villa moderniste, qui est rapidement devenue le centre névralgique de la Movie Colony. Quand Sinatra hissait le drapeau Jack Daniels entre les deux palmiers du jardin, les initiés savaient que l’heure des cocktails avait sonné. Aujourd’hui, la maison est le témoin silencieux des fêtes qui s’y sont déroulées.

GET A ROOM La villa avec piscine en forme de piano est disponible à la location comme plateau de tournage, spot de mariage, mais aussi comme villégiature. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une rénovation scrupuleuse de la construction et de la décoration années 1950, l’esprit de Sinatra y est toujours vivant. On se brosse les dents au-dessus du lavabo où il a jeté une bouteille de champagne pendant une dispute avec Ava Gardner (la fissure est encore visible) et on écoute des disques joués sur une chaîne stéréo des sixties.

© Jeff Mindell

PATRIMOINE Après avoir dessiné la maison de Sinatra, l’architecte E. Stewart Williams est devenu une sorte de parrain du modernisme californien. Pourtant, il s’en est fallu de peu pour que la maison de Sinatra devienne une villa géorgienne: heureusement, Williams a réussi à convaincre la star de cinéma de choisir quelque chose de plus résistant aux conditions désertiques. (EVL)

CHECK-OUT Prix sur demande.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité