Les Rencontres d'Arles | Le rendez-vous des amateurs de photographie

Logée au cœur de la Camargue, Arles vous donne rendez-vous cet été pour la 54e édition des Rencontres d'Arles, un festival de la photographie à la renommée mondiale. Voici quelques bons plans à ne pas manquer...

La capitale de la Camargue a beaucoup à offrir. En plus d'héberger depuis plus de cinquante ans le rendez-vous incontournable des Rencontres de la photographie, Arles est une ville au charme désarmant. Traversé par le Rhône, le paysage arlésien allie authenticité et modernité avec de spectaculaires bâtiments romains au pied de l'impressionnante Tour LUMA. Sabato vous propose quelques incontournables à ne pas manquer lors de votre passage à Arles.

La ville d'Arles, en Camargue, allie tradition et modernité, dans ses coutumes comme dans son paysage.
©Iwan Baan
Publicité
Publicité
Publicité

Les Rencontres de la photographie (du 3 juillet au 24 septembre)

Depuis leur création, en 1970, les Rencontres d’Arles sont le rendez-vous incontournable de la photographie. Chaque été, elles proposent un large éventail de grands noms et de nouveaux talents de la photographie exposés dans divers sites patrimoniaux de la ville. Avec plus de 40 expositions, il est toujours difficile de choisir, mais voici cinq rendez-vous à ne pas rater.

Rencontres d'Arles 2023. Gregory Crewdson. Starkfield Lane, série An Eclipse of Moths.
©Gregory Crewdson

1 | Agnès Varda

  • Cloître Saint-Trophime
Publicité

Avant d’être une pionnière de la Nouvelle Vague, Agnès Varda était photographe. Une exposition revient sur ce va-et-vient entre image fixe de la photographique et image dynamique du cinéma dans la ville de Sète.

2 | Saul Leiter

  • Palais de l'Arechevêché

Depuis 60 ans, le peintre et photographe Saul Leiter fait de l’effervescence new-yorkaise son sujet et son terrain de jeu de prédilection. Cette exposition rassemble une sélection de photographies, dessins et peintures pour la plupart inédits et nous invite à découvrir l’univers de l’un des artistes-photographes les plus fascinants du 20e siècle.

3 | Wim Wenders

  • Espace Van Gogh

Le célèbre cinéaste dévoile une série d’une trentaine de Polaroïds intimes, pris lors du tournage du film L’Ami américain, en 1977.

4 | Scrapbooks - Dans l'imagination des cinéastes

  • Espace Van Gogh

Les coulisses de la création par le biais du scrapbook, objet d’inspiration utilisé par des cinéastes, photographes, poètes et artistes tels que Stanley Kubrick, Robert Duncan, Jim Jarmusch et William S. Burroughs.

5 | Maciejka Art

  • Croisière

Cette photographe (lauréate du LUMA Rencontres Dummy Book Award 2022) révèle la réalité des femmes de la communauté afro-mexicaine d’Oaxaca par le biais d’un regard anthropologique, féministe et intime.

To discover

1 | Tour LUMA

La Tour LUMA à Arles a été pensée par l'architecte Frank Gehry.
©Iwan Baan

Ce que le Guggenheim a fait pour Bilbao, LUMA l’a fait pour Arles avec La Tour, une œuvre de l’architecte Frank Gehry. Ce bâtiment de 56 mètres est recouvert de 11.500 écailles en acier inoxydable étincelantes, comme un clin d’œil à la "Nuit étoilée", un chef-d’œuvre de Vincent Van Gogh peint à Arles en 1888. Depuis le lancement de sa fondation LUMA Arles, en 2013, la mécène Maja Hoffmann (héritière du groupe pharmaceutique suisse Hoffmann-La Roche) a transformé le Parc des Ateliers, un ancien site industriel de 27 hectares, en centre pluridisciplinaire d’art et de culture, doublé d’un nouveau campus créatif et de rencontre pour abolir les frontières entre l’art, la culture, les droits de l’homme et les questions environnementales.

Publicité
Publicité

LUMA Arles comprend également six bâtiments industriels historiques de grande taille, dont cinq ont été réhabilités par l’architecte allemande Annabelle Selldorf pour y accueillir présentations, installations, expositions et résidences d’artistes. La saison 2023 inaugure le sixième bâtiment, Le Magasin Électrique, une rénovation réalisée en collaboration avec le cabinet belge BC Architect & studies.

La Tour LUMA à Arles.
©Iwan Baan

La Belgique était déjà présente sur les lieux: le jardin paysager, le parc et l’étang qui entourent le campus sont l’œuvre de l’architecte paysagiste Bas Smets. Conçu comme un voyage à travers la faune et la flore de la région, ce parc de 10 hectares est un lieu de vie, d’interaction et de détente. En s’y promenant, les visiteurs découvrent des œuvres d’art, des sculptures et des installations.

LUMA à Arles

  • Ouvert du mercredi au lundi, de 10h à 18h.

Luma Arles, Parc des Ateliers, Avenue Victor Hugo, Arles, France

35 Av. Victor Hugo, 13200 Arles, France

2 | Fondation Lee Ufan

La fondation Lee Ufan, à Arles.
©Lee Ufan Arles

Ce musée dédié à l’œuvre de l’artiste coréen d’avant-garde Lee Ufan est un nouveau venu à Arles. Ce peintre, sculpteur et philosophe de 87 ans partage son temps entre le Japon et la France. Au cœur de l’Hôtel Vernon, un hôtel particulier construit entre le 16e et le 18e siècle, on peut découvrir depuis 2022 des sculptures, installations et peintures de l’artiste, ainsi qu’une librairie, une boutique et des salles de réception, le tout réparti sur plus de 1.350 mètres carrés, 3 étages et 25 pièces.

L’Hôtel Vernon était autrefois la demeure de la famille d’antiquaires Dervieux mais, à la demande de Lee Ufan, il a été revu par Tadao Ando, lauréat du prix Pritzker.

Lee Ufan à Arles

  • Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

LEE UFAN ARLES, Rue de Vernon, Arles, France

5 Rue de Vernon, 13200 Arles, France

3 | Villa Benkemoun

Concevoir librement et sans crainte, telles étaient les directives que Simone et Pierre Benkemoun ont données à leur ami architecte Émile Sala, au début des années 70, quand ils l’ont chargé de concevoir une maison familiale. Le couple avait quitté l’Algérie en 1962 avec ses trois enfants pour s’installer à Arles et rêvait d’un lieu de vie transparent et ouvert. Dans un premier temps, Sala, qui considérait Le Corbusier comme son maître, n’a rien conçu. "Il a demandé à mes parents de noter dans des carnets toutes les idées qui leur venaient à l’esprit sur la façon dont ils aimeraient vivre au quotidien", explique leur fille Brigitte Benkemoun.

La Villa Benkemoun à Arles.
©Micha Pycke

Pour la famille, vivre dans une grande maison signifiait des grandes tables, beaucoup de nourriture et beaucoup de monde. Lorsqu’il s’est enfin mis à dessiner, Sala a créé des espaces fluides et dynamiques, des volumes flexibles jouant avec l’ombre et la lumière. Aux lignes droites, il a préféré les courbes qui confèrent de la douceur à l’espace.

La famille s’installe dans la villa en 1974 et y a vécu très heureuse pendant plus de 40 ans. Au décès de ses parents, en 2016 et 2017, Brigitte et son époux ont décidé de faire vivre la Villa Benkemoun en l’ouvrant au public. Aujourd’hui, elle est louée comme maison d’hôtes ainsi que pour des séances photo ou des événements.

La Villa Benkemoun à Arles.
©Micha Pycke

Une ou deux fois par an, la Villa accueille également un artiste pour présenter son travail. Cet automne, de la mi-septembre à la mi-octobre, ce sont les œuvres du peintre Jacques Soisson qui seront exposées. La Villa sera alors ouverte aux visiteurs tous les week-ends.

Villa Benkemoun à Arles

To sleep & eat

4 | L'Arlatan

Il n’est pas obligatoire de séjourner dans l’hôtel pour en admirer la splendeur. Le bar à cocktails et le restaurant (qui propose un lunch simple et délicieux à 33 euros) sont ouverts aux non-résidents. Une bonne excuse pour se promener ensuite dans l’hôtel.

L'hôtel-restaurant L'Arlatan, à Arles.
©Adrian Deweerdt

Ce bâtiment iconique du cœur historique d’Arles a été racheté par Maja Hoffmann, collectionneuse, philanthrope et fondatrice de LUMA Arles. Elle en a fait l'un des hôtels les plus remarquables de France: une explosion de couleurs, de lumière et de créativité.

Hoffmann a rempli l’hôtel d’œuvres de sa collection privée et donné carte blanche à l’artiste cubain Jorge Pardo pour l’aménagement et la décoration. Les différents bâtiments, dont la partie centrale classée monument historique, s’organisent autour d’un superbe patio.

L'hôtel-restaurant L'Arlatan, à Arles.
©Adrian Deweerdt

L’Arlatan à Arles

  • À partir de 350 euros la nuit.

L'Arlatan (Hôtel à Arles), Rue du Sauvage, Arles, France

20 Rue du Sauvage, 13200 Arles, France

5 | Les Cabanettes

L'hôtel-restaurant Les Cabanettes, à Arles.
©Fabien Dendievel

Même si vous ne séjournez pas aux Cabanettes, il est vivement recommandé d’y dîner. La cheffe Elisabeth Speno propose une cuisine de marché raffinée préparée avec des produits locaux et de saison. Prix raisonnable: 39 euros la formule entrée-plat-dessert.

Construit en 1967 par l’architecte marseillais Armand Pellier, cet OVNI rétrofuturiste a été magnifiquement conservé dans son état d’origine. Des panneaux de bois aux canapés vintage, en passant par l’art du verre et les tapis des chambres, c’est un petit bijou pour les amoureux du design des années soixante!

L'hôtel-restaurant Les Cabanettes, à Arles.
©Fabien Dendievel

Les Cabanettes à Arles

  • À partir de 130 euros la nuit.

Les Cabanettes, Arles, France

Les Cabanettes, 13123 Arles, France
Publicité