sabato

Un bar à vins belge dans les grottes préhistoriques de Matera

Le bureau d’architecte belge de vylder vinck taillieu a remporté le concours organisé pour l’Enoteca Dai Tosi en proposant une intervention minimale. ©Delfino Sisto Legani

Gian Paolo Buziol, héritier de Replay, a ouvert un bar à vins en Italie dans les grottes de Matera, classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour le projet, les architectes belges de vylder vinck taillieu ont remporté le concours international. Voici l’adresse idéale pour un aperitivo au moment de découvrir la capitale européenne de la culture 2019.

Matera, est l’une des plus anciennes cités du monde certainement l’une des villes les plus atypiques du sud de l’Italie. Sa particularité est de s’étendre tant en surface que dans son sous-sol. Depuis peu, la ville compte une curiosité de plus, avec une belgian connection.

Ainsi, dans les sassi, ces grottes creusées par l’homme dans le même calcaire que la ville en surface, se trouve désormais le bar à vins Enoteca Dai Tosi, un projet mené par Gian Paolo Buziol (25 ans). Le jeune entrepreneur est le fils de Claudio Buziol, le fondateur du label italien de jeans Replay. Le projet a été mené par le bureau d’architectes gantois de vylder vinck taillieu (a dvvt).

Les sassi ont une architecture spécifique: ils sont constitués de différents espaces voûtés reliés les uns aux autres par des escaliers.

"Nous avons décroché le contrat en décembre. Et juste avant l’été, le bar ouvrait déjà ses portes. C’est vrai, nous avons sué", se souvient l’architecte Jan De Vylder. On le croit sur parole, tant la chaleur est humide en été, et les pentes qui dominent la ville de Matera sont fort abruptes. "Heureusement, il fait nettement plus frais dans les grottes: il y règne une température constante de 12 degrés. C’est à la fois un avantage et un inconvénient, selon que l’on soit une personne ou une bouteille de vin. Les ‘sassi’ ont une architecture spécifique et sont constitués de différents espaces voûtés reliés les uns aux autres par des escaliers. Un environnement original pour lequel nous avons imaginé un concept de bar à vins qui l’est tout autant."

De village à épidémies à aimant à touristes
Rendue célèbre par les descriptions du romancier Carlo Levi, la ville de Matera se distingue donc par ses habitations et cryptes creusées dans la roche, et occupées dès la préhistoire. La ville est si particulière qu’on dit d’elle que les guerres mondiales ne s’ont pas passées par elles et, dans les années 1950, se habitants vivaient encore dans des conditions médiévales, sans électricité ni eau courante. Les familles de dix enfants ou plus vivant au milieu des cochons et des ânes n’étaient pas une exception. Le paludisme, le choléra et le typhus y étaient endémiques. La mortalité infantile, l’analphabétisme et le travail des enfants, répandus. Le manque d’hygiène criant, le gouvernement italien fait évacuer ces grottes pour des raisons évidentes de santé publique.

Dans les années 80, hippies et artistes s’installent dans les sassi. Aujourd’hui, cette région est dirigée par le gouvernement italien et est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993. Depuis, bars pop-up, concepts stores et adresses Airbnb pullulent. Matera devient une attraction touristique: 600.000 curieux s’y pressent chaque année. L’Université de Sienne a estimé que le quart des maisons de Matera sont aujourd’hui des logements disponibles sur la plateforme Airbnb, un record en Italie. Les résidents redoutent toutefois une ruée touristique encore plus importante qu’à Venise ou Florence, depuis la nomination de Matera en tant que capitale européenne de la culture pour l’Italie en 2019.

©Delfino Sisto Legani

 

Candidats belges
Bien entendu, le bar à vins de Gian Paolo Buziol s’inscrit dans cette lignée. Suite au décès de son père, Claudio, en 2005, à 47 ans seulement, sa sœur et lui vendent leurs intérêts dans Replay, la marque de vêtements fondée en 1978. Le jeune Buziol a l’ambition de se lancer dans le commerce du vin. Il commence par un bar, ‘Enoteca Dai Tosi’, suivi par un domaine viticole. En septembre 2016, il lance un concours international de design en collaboration avec PS, une société de conseil à Milan. Parmi les cinq bureaux de design sélectionnés, deux sont belges: les architectes de vylder vinck taillieu et Muller Van Severen, tous deux de Gand. Et parmi les membres du jury, Joseph Grima, directeur artistique de Matera 2019 et commissaire invité d’Interieur Courtrai en 2014.

©Delfino Sisto Legani

Le premier cabinet d’architectes belge remporte le concours en proposant un design moins accrocheur. Ou du moins, le moins hype. Leur idée était la plus proche de ce qu’ont été les sassi pendant des millénaires: des grottes dans lesquelles les habitants vivaient ou entreposaient leurs denrées. "Comme les escaliers sont omniprésents ici, ils ont été le point de départ pour notre bar. Les marches qui relient les différentes pièces font aussi office de places assises. De petites encoches qui ont été effectuées pour y déposer des bouteilles de vin, légèrement inclinées. Nous sommes très vite arrivés à l’archétype du bar à vins en amphithéâtre."

Cette forme primitive, très intuitive, est en accord avec l’histoire de Matera, tout comme le matériau utilisé, le calcaire abondamment présent (et bon marché) dans la région. "Les sols sont revêtus de dalles de terre cuite disposées en épi si emblématiques de la ville. En Belgique, si on opte pour la pierre naturelle, on se retrouve rapidement dans une fourchette de prix plus élevée. Ici, cette pierre est depuis des siècles le matériau de construction de base", précise l’architecte. "Dans notre projet, nous jouons avec cette confusion: les escaliers sont-ils authentiques? Cette grotte était-elle ainsi depuis toujours? Où est la limite entre l’origine et l’intervention? C’est l’exercice que beaucoup doivent faire, parce qu’il y a eu à Matera énormément de rénovations et de restaurations. Nous avons souhaité rester aussi “absents que possible”."

Le mobilier du bar à vin est réduit au minimum: les escaliers font office de places assises. Les créations en plaque de fibre de couleur verte sont quasi le seul élément signature du bureau belge. ©Delfino Sisto Legani

Strict minimum
Aussi subtiles soient-elles, les transformations à Matera n’ont pas été une partie de plaisir. À cause de la chaleur, mais aussi des conditions particulières des sassi où la ventilation et la régulation de l’humidité sont complexes à intégrer.  C’est pourquoi les Belges ont travaillé avec un architecte local avec un background en constructions troglodytes.

L’entrée se fait par une porte située sur une petite place au niveau de la rue. Ensuite, on descend directement dans la grotte historique ‘Dai Tosi’, composée de trois espaces voûtés. Le chai, protégé par une paroi en verre, se trouve au fond de la grotte. Les éléments en plaques de fibres de couleur verte sont une signature du bureau d’architectes. Les tables hautes destinées à la dégustation sont composées de cercles concentriques et les assises, de rectangles empilés. Ce mobilier à degrés s’harmonise avec l’architecture des lieux, mais aussi avec la ‘Kamer Renée’ de dvvt, une série d’empilements de plaques de fibres roses qu’ils ont conçue pour le label bruxellois Maniera.

"Les meubles sont des éléments de construction que l’on utilise pour créer des espaces. Nous sommes des bâtisseurs, pas des créateurs. Nos meubles ne sont pas des meubles de designers", explique De Vylder. "La couleur verte fait référence à la menuiserie vert foncé omniprésente à Matera." Et sans doute aussi à la couleur des 400 bouteilles de vin qui reposent dans la grotte!
www.enotecadaitosi.it

©Delfino Sisto Legani

Publicité
Publicité