sabato

Helena Lindberg, la vigneronne suédoise qui enchaîne les succès

Helena Lindberg, vigneronne suédoise qui a voyagé en Australie, en Nouvelle-Zélande, en France et en Italie pour composer des vins.

Helena Lindberg compose des grands vins en Toscane et chapeaute un projet de sauvignon blanc en Nouvelle-Zélande. Aujourd'hui, elle est sur un petit nuage. "Plus d'une fois, j'ai pensé mais quelle idée...!"

Au départ, Helena Lindberg n'était pas très intéressée par le vin. Lors de ses études de chimie à l'université de Göteborg, elle rencontre des étudiants qui ont le bon goût de l'emmener à des dégustations. "Quelle découverte! Du coup, je me suis mise à lire de plus en plus d'articles sur la vinification, un univers fascinant." Tellement fascinant qu'elle passe toutes ses vacances dans les régions viticoles d'Australie et de France. "Peu à peu, j'ai réalisé que le secteur du vin serait mon truc. Je goûtais de plus en plus de vins, je lisais des livres sur le vin, je visitais des régions viticoles et je rencontrais des vignerons. Mais ça ne suffisait pas: je voulais plus."

En 1994, à trente ans, Helena Lindberg prend son courage à deux mains, quitte la Suède et s'installe en Australie. Elle trouve un emploi à la Yalumba Winery, dans la Barossa Valley, un acteur majeur de ce secteur sur le continent. "La première récolte à laquelle j'ai participé, c'était le millésime 1995", se souvient-elle. "J'observais tout, j'apprenais les bases et je voyais ce qu'il fallait ou ce qu'il ne fallait pas faire. Et, surtout, je pouvais enfin mettre en pratique toute la théorie!" Au bout de deux ans, le directeur de la winery lui demande si elle pourrait remplacer leur vigneron en Nouvelle-Zélande. "J'ai dis go! C'était en janvier 1997. Les responsabilités ne m'ont jamais intimidée et voilà comment j'y suis restée trois ans. Ensuite, je suis revenue en Europe."

Financièrement c'était rude: j'avais juste une vieille bagnole et une valise et, plus d'une fois, j'ai pensé "Mais quelle idée...! Je ne peux tout de même pas mener cette vie-là!" Mais j'avais le feu sacré...
Helena Lindberg
Vigneronne

"Grâce à mes contacts australiens, j'ai pu commencer à travailler dans le Languedoc. Pendant près de quatre ans, j'ai participé aux vendanges dans différents domaines. J'ai connu des moments difficiles; entre deux vendanges, il fallait que je me débrouille. Financièrement c'était rude: j'avais juste une vieille bagnole et une valise et, plus d'une fois, j'ai pensé "Mais quelle idée...! Je ne peux tout de même pas mener cette vie-là!" Mais j'avais le feu sacré..."

Lettre au marquis

En 2003 et 2004, la Suédoise reprend des études, cette fois à la faculté d'oenologie de Bordeaux. "C'est ainsi que j'ai rencontré le 'flying winemaker' Michel Rolland, mais ça restait un endroit difficile pour une Suédoise sans emploi." C'est à Bordeaux qu'elle apprend que, dans l'appellation italienne de Bolgheri, en Toscane, il y aurait peut-être une opportunité pour elle. "J'avais entendu dire que le marquis Lodovico Antinori recherchait de toute urgence un vigneron pour un nouveau projet. Je lui ai écrit et il m'a invitée à commencer. C'était en août 2004. Et j'y suis toujours!"

Le fait de pouvoir diriger, dès la première vendange, l'Insoglio del Cinghiale, m'a donné un sentiment extraordinaire de satisfaction.
Helena Lindberg

Lodovico Antinori est un nom connu du monde viticole, grâce à ses célèbres Ornellaia et Masseto, deux grands vins produits dans la région de Bolgheri. Le marquis avait envie de lancer un nouveau projet: ce dernier voit le jour en 1994, dans la Haute Maremme, toujours près de Bolgheri, où il y fonde le domaine de Tenuta di Biserno. "Le fait de pouvoir diriger, dès la première vendange, l'Insoglio del Cinghiale, m'a donné un sentiment extraordinaire de satisfaction", se souvient Helena Lindberg.

De plus, le hasard a voulu qu'en plus de ses vins italiens, Antinori caresse l'idée de faire un grand sauvignon blanc en Nouvelle-Zélande, un cépage dont il raffole. Comment parvient-elle à mener à bien les vendanges et à faire du vin en Italie à l'automne et, ensuite, passer en Nouvelle-Zélande au printemps pour y faire exactement la même chose? Deux vendanges par an? "Cela me permet d'avoir rapidement plus d'expérience, mais il faut savoir qu'avec 11 hectares, le vignoble de Nouvelle-Zélande est limité et que nous ne faisons qu'une cuvée. Je vis principalement en Italie. Et les vins rouges italiens représentent la partie la plus importante de mon travail."

Les vignobles italiens d'Antinori sont principalement plantés de cépages français. "Ce qui suscite des discussions très intéressantes!" s'exclame-t-elle en riant. "On dit que le sangiovese ne produit pas vraiment des grands vins sur la côte toscane, où nous nous trouvons, au point que, parfois, les amateurs de vin se disent: "tiens, ils font des vins de Bordeaux en Italie?" Je ne suis pas d'accord: nous utilisons un certain nombre de cépages qui sont également employés à Bordeaux, mais nos vins sont différents, plus épicés et plus fruités. Le merlot précoce, demande beaucoup de prudence dans notre climat plus chaud. Et notre cabernet franc est top."

Le marquis Antinori se préoccupe-t-il de vinification? "Il est présent lors des vendanges et pour l'assemblage définitif: il aime déguster et discuter. Il sait très bien ce qu'il veut. J'ai travaillé pour plusieurs patrons, c'est leur motivation qui est inspirante." Et nous dégustons il Pino di Biserno, sans nous poser plus de questions...

Insoglio del Cinghiale - 2015

Couleur: rouge.
Cépage: 30% syrah, 25% cabernet franc, 25% merlot, 15% cabernet sauvignon, 5% petit verdot.
Prix: 24,99 euros.

Cet Insoglio del Cinghiale (le lieu de repos du sanglier, qui peut ingurgiter énormément de raisin...) est un vin épicé, avec beaucoup de fraîcheur du fruit et une belle acidité. La moitié de l'assemblage repose pendant quatre mois en barriques de chêne, ce qui lui confère une profondeur subtile et des tannins souples. Un vin riche, avec un côté robuste.
elle est sur un petit nuage.

Il Pino di Biserno - 2014

Couleur: rouge.
Cépage: 40% cabernet franc, 40% merlot, 8% cabernet sauvignon, 12% petit verdot.
Prix: 42,99 euros.

Avec des arômes de fruits noirs et rouges et un soupçon de tabac, c'est un vin solide mais finement élaboré: belle structure, bouche légèrement lourde et belle longueur. Il Pino di Biserno bénéficie de 12 mois de vieillissement en barriques de chêne français neuves et usées.

Mount Nelson - 2016

Couleur: blanc.
Cépage: 100% sauvignon blanc.
Prix: 14,99 euros.

Un sauvignon blanc aromatique, bien typé, avec des fruits mûrs, quelques notes d'agrumes zesty, une belle mais discrète acidité ainsi qu'une minéralité évoquant les sauvignons de l'ancien monde. Un verre magnifique à un prix dérisoire.

Les vins de Lodovico Antinori sont importés par Châteaux Vini, Industrielaan 38, 1740 Ternat, tél. 0476/58.02.35. www.chateauxvini.be

Lire également

Publicité
Publicité