sabato

L'actrice Cara Delevingne lance un projet viticole avec ses sœurs

Cara, Poppy et Chloe Delevingne, trois belles qui font des bulles. ©Alex Bramall

It-girl, actrice et étudiante en médecine: à première vue, les sœurs Delevingne n’ont pas grand-chose en commun. Pourtant, Cara, Poppy et Chloe sont soudées. Après une enfance compliquée, les voilà qui partagent la création d'un prosecco.

Il fait chaud ce vendredi soir, dans le quartier trendy de Notting Hill. Nous avons l’impression d’atterrir à l’improviste dans une réunion familiale sur Zoom, que Chloe, Poppy et Cara Delevingne utilisent assidûment depuis le début de la pandémie. Chloe et Poppy sont installées dans une suite d’hôtel à Londres; Cara, la plus jeune des trois, est chez elle, à Los Angeles.

Les sœurs donnent leur avis sur la chevelure de Chloé, l’aînée. Ce matin, elle s’est teint les cheveux en rose. "Super!", s’exclame Cara. "C’est réussi, non? Une couleur parfaite!" déclare Poppy. "C’est la chose la plus excitante que j’aie faite depuis longtemps", ajoute Chloe avec un léger soupir.

Cara bavarde en se promenant dans sa maison. Nous apercevons un papier peint aux rayures flashy, d’immenses baies vitrées et, à l’arrière-plan, quelque chose qui ressemble à l’image d’un grand cygne. Elle mange de la choucroute et des céréales au petit déjeuner. "Je suis fière de toi, parce que c’est bon pour tes intestins", lance Poppy en voyant le bol de Cara. Une remarque qui confirme à quel point les sœurs Delevingne sont proches.

Cara Delevingne, mannequin et actrice, au défilé balmain printemps-été 2019. ©Getty Images

Chez les Delevingne, il y a aussi Poppy et Chloé

Cara, 28 ans, est l’un des mannequins les plus connus de cette dernière décennie. Actuellement, elle se focalise sur sa carrière d’actrice et, depuis qu’elle s’est confiée au sujet de sa pansexualité et de son combat contre la dépression, elle est devenue un modèle à suivre. Poppy, 34 ans, une habituée des soirées mondaines, est ambassadrice de Chanel, mannequin pour Chopard et Jo Malone, et joue également dans des films, notamment dans la série dramatique et policière "Riviera".

Chloé, 35 ans, mère de deux enfants, se consacre à la santé et à la science. Elle a étudié à l’University College de Londres et est l’une des fondatrices de la Lady Garden Foundation, une organisation britannique visant à sensibiliser le public aux cancers gynécologiques.

Poppy Delevingne, it-girl, arrive au défilé Miu Miu à Paris, en mars 2020. ©Getty Images

Prosecco "Della Vite"

De l’extérieur, on a l’impression que les sœurs Delevingne ont chacune emprunté une trajectoire de vie différente, alors qu’elles cherchaient depuis longtemps le moyen de réaliser quelque chose en commun. Il y a deux ans, quand la femme d’affaires Numa Heathcote, une amie d’enfance, a présenté les sœurs à la famille de viticulteurs italiens Biasiotto, le projet de créer ensemble un prosecco a rapidement pris de l’ampleur. Il a été baptisé "Della Vite", qui signifie "de la vigne" en italien, en référence à leur nom de famille.

"Toute notre vie, nous avons rêvé de faire quelque chose ensemble."
Poppy Delevingne

Ce patronyme les prédestinait-il à se tourner vers la vigne? "Toute notre vie, nous avons rêvé de faire quelque chose ensemble", explique Poppy. "Longtemps, nous ne savions pas ce que cela pouvait être." C’est alors qu’elles visitent le vignoble de Biasiotto, à Valdobbiadene, dans le nord-est de l’Italie, où la troisième génération de viticulteurs produit des vins tranquilles et pétillants.

Non seulement les sœurs sont tombées amoureuses de ce superbe lieu, patrimoine mondial de l’Unesco, mais elles ont également voulu créer leur prosecco. "Le courant est tout de suite passé!", se souvient Poppy en riant. D’autant plus que le prosecco est pour elles un rituel. Comme récemment, lorsqu’elles ont célébré les anniversaires de leur mère, Pandora (60 ans), et de leur père, Charles (70 ans).

Le prosecco des Delevingnes a été baptisé "Della Vite", qui signifie "de la vigne" en italien, en référence à leur nom de famille. ©Della Vite

Entre Sienna Miller et Alexa Chung

Les Delevingne ont le sens de la fête dans la peau. Mais, même la fête a sa part d’ombre. Quand les sœurs étaient petites, leur mère, une it-girl à l’époque, a lâché la rampe. Sa dépendance à la drogue a assombri en grande partie l’enfance de ses filles. "J’ai continué à danser sur les tables pendant trop longtemps", déclarait récemment Pandora dans une interview. "Jusqu’à 38 ans environ, et puis je me suis dit que je devenais un peu trop vieille pour ça."

La notoriété, au début des années 2010, est aussi montée à la tête de Poppy et Cara. À leur tour, elles ont découvert les soirées: événements caritatifs, festival de Coachella ou, tout simplement, sorties en club avec des amies célèbres comme Sienna Miller, Alexa Chung et Rita Ora. "Je pense que le monde doit prendre du recul. Nous devons nous demander vers quoi nous voulons aller et ce que nous sommes en train de faire à cette planète."

"J'ai l'impression qu'aujourd'hui, nous en avons assez de passer d’une soirée à l’autre."
Poppy Delevingne

Pendant le confinement, Cara s’est presque exclusivement consacrée à sa collaboration avec la marque de sport Puma. Elle prévoit de rester à Los Angeles afin de pouvoir retourner sur le tournage de "Carnival Row", la série fantastique diffusée sur Amazon Prime. Dans l’intervalle, Poppy va promouvoir la nouvelle saison de "Riviera". "Ensuite, je vais chercher un nouveau job: je croise les doigts."

Les soeurs Delevingne dans leur bulle (de prosecco). ©Alex Bramall

Black Lives Matter

Ces derniers mois, Cara a également participé au mouvement Black Lives Matter. Presque chaque semaine, elle était dans les manifestations organisées suite au décès de George Floyd. On a ainsi pu voir des photos de Cara manifestant en compagnie de Kaia Gerber, 18 ans, mannequin et fille de Cindy Crawford. Cara, qui a récemment rompu avec son amie, l’actrice américaine Ashley Benson, après une relation de deux ans, est devenue de plus en plus proche de Kaia, qui pendant le confinement, se trouvait dans sa bulle.

"Nous devons sensibiliser un maximum de personnes au fait que le racisme systématique et les privilèges accordés aux Blancs sont une erreur", déclare Cara au sujet de son engagement. "On ne peut tout simplement pas imaginer ce que c’est que de grandir dans un monde dans lequel on est traité différemment. Lors de ces manifestations, nous avons écouté les témoignages poignants de familles entières, et c’était vraiment révoltant."

Pour Chloe, le coronavirus l’a motivée à recommencer à travailler dans le secteur de la santé, maintenant que ses enfants Atticus (6 ans) et Juno (4 ans) sont un peu plus grands. "Comme ma fille va à l’école, j’ai décidé de retourner à l’université pour décrocher mon diplôme. J’ai déjà postulé pour un job d’assistante dans le système de santé britannique. C’est ça que je veux faire désormais."

Chloe Delevingne, son époux Ed Grant et leurs enfants.

Affres de l’adolescence

Bien que les sœurs soient issues d’un milieu privilégié, leur vie n’a pas toujours été rose. Les problèmes dus à la toxicomanie de leur mère les ont rapprochées. Il n’était pas rare qu’elles dorment dans le même lit. Comme l’a dit un jour Pandora: "Mes filles ont dû grandir avec une maman trop malade pour assumer son rôle de mère."

"Personne au monde n’a une enfance parfaite", déclare Cara, "mais nous nous sommes toujours énormément soutenues, ce qui nous a beaucoup rapprochées, je pense. D’ailleurs, que ferions-nous sans les autres?"

"À l’école, j’ai toujours eu beaucoup de difficultés, qu’il s’agisse d’apprentissage ou de problèmes psychologiques."
Cara Delevingne

Cara a toujours pu compter sur le soutien et l’amour inconditionnels de ses sœurs pour gérer la célébrité, mais aussi la pression qu’elle dû affronter en se confiant sur son orientation sexuelle. "Elles me soutiennent dans tout ce que je fais, dans tous mes choix de vie."

"C’est vrai, nous formons vraiment un front solide et uni", ajoute Poppy. "Nous nous sommes toujours soutenues dans nos choix de vie, et inconditionnellement. Quand on n’a pas cette attitude en tant que fratrie, c’est la guerre, et dans une famille, c’est juste l’horreur."

Quand les sœurs Delevigne étaient petites, leur mère, it-girl à l’époque, a lâché la rampe.

Pour Cara, grandir n’a pas toujours été une partie de plaisir, loin de là. "À l’école, j’ai toujours eu beaucoup de difficultés, qu’il s’agisse d’apprentissage ou de problèmes psychologiques. Je suis passée par toutes les affres de l’adolescence", soupire-t-elle. À quinze ans, Cara quitte l’école pour pouvoir se faire soigner: elle souffrait de dépression et de dyspraxie (un trouble du développement de la coordination motrice).

Aujourd’hui, elle pense que cette dépression était la conséquence des problèmes de dépendance de sa mère. "Grâce à l’art et aux activités créatives, j’ai pu trouver un sentiment d’appartenance, un mode d’expression. J’ai toujours su que je ferais quelque chose qui me mènerait sur cette voie."

Le monde a changé

Les trois sœurs ayant bien défini leur trajectoire de vie personnelle, c’est l’esprit léger qu’elles se sont engagées dans le projet commun Della Vite. Elles espéraient lancer leurs proseccos au printemps, mais le coronavirus en a décidé autrement.

Cependant, le coup d’envoi a déjà pu être donné: elles proposent deux vins pétillants, le Della Vite Prosecco Superiore (DOCG), avec des arômes de carambole et de pommes sauvages mûres, et le Treviso Prosecco (DOC), avec un nez de pêche, poire, pomme rouge et fraise des bois.

"Nous voulons que les gens goûtent l’amour que nous y avons mis."
Cara Delevingne

Les sœurs sont parfaitement conscientes de la nature du monde dans lequel elles lancent ces vins: ce ne sera pas celui des boîtes de nuit ni des soirées animées où les bouchons sautent à tout va. "Au contraire, nous préférons viser le monde de l’horeca et de l’événementiel. Comme ces secteurs ont déjà été fortement touchés par la pandémie, nous prenons notre temps et y allons doucement", déclare Poppy. Cara intervient: "D’ailleurs je n’irai peut-être plus jamais en boîte de nuit: le monde a changé."

Cara Delevingne s’est confiée au sujet de sa pansexualité et de son combat contre la dépression. ©Photo News

Prosecco vs champagne

Les sœurs Delevingne et Numa Heathcote, CEO de leur entreprise, ont l’ambition d’élever la qualité du prosecco à un niveau supérieur. Bien sûr, elles connaissent la réputation du prosecco: un effervescent dans l’ombre du champagne. "Nous voulons montrer que le prosecco, c’est bien plus que ça!", déclare Poppy, dont la signature orne le logo de leur label.

"C’est un produit à partir duquel on peut faire quelque chose de superbe, et c’est ce que nous faisons. L’entreprise viticole qui fabrique notre prosecco n’utilise pas de méthodes industrielles, et tous les raisins sont cueillis à la main. La fermentation dure soixante jours au lieu de trente, ce qui rend le vin très sec."

"Nous essayons de donner aux raisins le respect qu’ils méritent", explique Cara. "Notre prosecco est élaboré selon la méthode champenoise. Mais l’un des aspects les plus agréables, c’est qu’ainsi, nous pouvons rester dans notre cercle familial et celui formé par nos proches. Nous n’avons pas l’impression de travailler."

"Aussi loin que je me souvienne, nous débouchions une bouteille de prosecco lorsque nous nous réunissions!", sourit Poppy "C’est vrai, c’est quelque chose qui nous a rapprochées", ajoute Cara. "Un moment de partage." Ce partage que symbolise si bien leur projet  Della Vite. Tandis que nous terminons cet entretien, Cara ajoute avant de couper Zoom: "Nous voulons  que les gens goûtent l’amour que nous y  avons mis."

Lire également

Publicité
Publicité