Vente aux enchères de vins: "165 euros environ par bouteille"

Le vin est fait pour être bu, mais lorsque l'étiquette mentionne Petrus, Mouton Rothschild ou Romanée-Conti, il y a aussi beaucoup d'argent à gagner. La maison de vente aux enchères Sylvie's à Anvers joue un rôle clé dans le monde des vins de prestige.

bout des Leien, près de l'Eilandje. Cependant, quiconque passe le hall d'entrée et pousse la porte vitrée de l'ancienne église de marins pénètre dans un entrepôt rempli de milliers de bouteilles légendaires. À droite, on aperçoit une étagère remplie de Château Latour, un domaine mythique situé à Pauillac. Un peu plus loin reposent des bouteilles de Mouton Rothschild, un autre nom bien connu de cette même appellation. Et ainsi de suite, d'une caisse de six bouteilles de Petrus à un magnum de La Tâche de l'illustre Domaine de la Romanée-Conti, en passant par un lot de champagne Dom Pérignon de 1973. Il s'agit probablement de l'entrepôt le plus délectable de Belgique.

Avant la vente aux enchères, le propriétaire Aart Schutten s'arrête ici et là pour inspecter un lot, dont trois bouteilles de Mouton Rothschild de 1990. Les étiquettes, conçues par le peintre irlandais Francis Bacon (1909-1992), sont légèrement tachées, mais le niveau de remplissage est encore excellent, déclare Schutten. «Nous parlons de base of neck» explique-t-il en montrant la base du goulot, jusqu’où la bouteille est remplie. «C'est juste en dessous du niveau de remplissage d'un vin nouvellement embouteillé. Pas mal pour un vin de plus de 30 ans!»

Publicité
Comment créer chez vous la cave à vin parfaite

Description minutieuse

Aart Schutten, directeur commercial de Sylvie, inspecte les bouteilles.
©Alexander d'Hiet

Avec cette inspection, Schutten achève les préparatifs de la plus grande vente aux enchères organisée par Sylvie’s en 36 ans d'existence. Cette vente sera accompagnée d'un catalogue en ligne, dans lequel chaque bouteille est méticuleusement décrite et photographiée. «Une vente aux enchères se déroule pour ainsi dire entièrement en ligne», explique Schutten. «Pratiquement plus aucun acheteur potentiel ne vient examiner ces bouteilles en personne. Beaucoup de nos acheteurs enchérissent depuis l'étranger, c'est pourquoi nous essayons de fournir dans le catalogue un maximum de détails concernant l'état de chaque bouteille, de la capsule au niveau de remplissage. De bonnes informations permettent une bonne vente, et personne ne se sentira trompé lorsqu'il aura les bouteilles en main.

D'où viennent donc toutes ces bouteilles? «La grande majorité proviennent de caves privées de Flandre et des Pays-Bas. Il arrive parfois qu'un négociant professionnel veuille en vendre aux enchères, mais presque tout ce que vous voyez ici provient de collectionneurs qui réalisent qu'ils n'arriveront jamais à consommer toute leur réserve, ou bien qui vendent parce que les prix montent en flèche.»

Publicité
Publicité
10 alternatives intelligentes (et moins chères) aux vins iconiques

Plus du cola que du vin

Selon Schutten, toutes les bouteilles proposées par de riches particuliers ne conviennent pas nécessairement pour être vendues aux enchères. «Il faut que les bouteilles aient un certain prestige et qu’elles soient rares.» Rare ne signifie d’ailleurs pas nécessairement ultra-cher. Le lot 4328 contient six bouteilles de chardonnay néo-zélandais de 2020, le Kumeu River de Mate's Vineyard, un domaine qui s'est forgé une solide réputation en peu de temps. (Zijn die zeldzaam en waarom?) Elles sont obturées avec un bouchon à vis et leur valeur totale est estimée à environ 350 euros, ce qui est nettement moins que le magnum de Le Pin de 2000, qui devrait rapporter 7000 euros.

Sylvie's ne propose que des bouteilles en bon état. Avant qu'une bouteille ne figure dans le catalogue, elle est examinée par un maître de cave. Une vieille bouteille de riesling d'Egon Müller n'est pas retenue pour la vente: la capsule et le niveau de remplissage ne s'avèrent pas satisfaisants. Une bouteille d'Yquem, dont le contenu ressemble plus à du cola qu'à du vin, est également écartée. «Nous procédons ainsi afin d’éviter tout problème ultérieur», explique Schutten. «Nous ne vendons pas de bouteilles à propos desquelles nous avons des doutes.»

Les lots du vin Petrus dans la vente aux enchères.
©Alexander d'Hiet

Il en va de même pour les éventuelles contrefaçons. Les bouteilles les plus chères du monde, telles que Petrus, Romanée-Conti ou le super toscan Sassicaia, sont régulièrement contrefaites. «On ne peut pas imaginer à quel point c’est fréquent. Des escrocs impriment de fausses étiquettes ou volent des bouteilles dans les chais. Tout a déjà été fait au moins une fois.» Les maîtres de cave examinent ce type de bouteilles à la lumière UV, à la recherche de marquages secrets que les domaines apposent tantôt sur la bouteille, tantôt sur l'étiquette. Schutten se méfie des contrefaçons. Ses collègues américains de chez Acker, la plus grande maison de vente aux enchères de vins au monde, ont été impliqués dans le scandale autour du faussaire Rudy Kurniawan.

Comment s'y retrouver sur la carte des vins des grands restaurants

Rarement dans les portefeuilles d'investissement

Une bouteille de Mouton Rothschild incluse dans la vente aux enchères.
©Alexander d'Hiet

Schutten estime que la vente de décembre pourrait rapporter plus de 2 millions d'euros. D’ici la fin 2023, Sylvie’s réalisera un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros, ce qui confirme son statut de plus grande maison de vente aux enchères de vins du Benelux. Schutten, ancien banquier d’ING, a repris Sylvie's il y a près de sept ans et propulsé la maison de vente aux enchères dans le top 10 mondial, aux côtés de maisons aussi célèbres que Christie's et Sotheby's. Sotheby's passera sous le marteau 25 000 bouteilles du milliardaire taïwanais Pierre Chen en plusieurs sessions jusqu'à fin 2024, pour une valeur de vente estimée à 50 millions de dollars (plus de 46 millions d'euros).

En tant que grande maison de vente aux enchères spécialisée, Sylvie's joue un rôle clé dans le commerce mondial des vins d’exception. Certains acheteurs se connectent depuis Londres, Los Angeles, New York ou Hong Kong, qui comptent une forte concentration d’investisseurs et de négociants en vin. Sylvie's travaille principalement avec des collectionneurs privés et des négociants. «Il s'agit de parties qui recherchent pour un client un magnum de Le Pin ou d'autres raretés. Nous voyons moins d'investisseurs. D’ailleurs, ils ne sont pas non plus très intéressés par les vins anciens. Certains investisseurs achètent des caisses du dernier millésime de Bordeaux et de Bourgogne en primeur et les stockent dans un entrepôt. D'autres fonds attendent que les prix soient moins volatils et achètent des vins un peu plus anciens. Mais les vins rares et anciens comme ceux que nous vendons ici se retrouvent rarement dans des portefeuilles d'investissement. Nos clients finaux sont principalement des collectionneurs.»

Les lots de la vente aux enchères
©Alexander d'Hiet

Les passionnés par ce type de vin semblent de plus en plus nombreux. «Il y a une génération, les grands vins étaient difficiles à trouver. Même si on en avait les moyens, il était difficile d’acheter une bouteille de Mouton Rothschild de 30 ans d'âge. Maintenant que les ventes aux enchères sont organisées en ligne, ces bouteilles sont devenues plus accessibles. Vous pouvez enchérir sur un vieux Petrus depuis le confort de votre canapé.» Cet intérêt accru explique la hausse du chiffre d'affaires de Sylvie. «Nous vendons plus de bouteilles coûteuses que jamais. Le prix moyen augmente également. Dans cette vente, vous payez en moyenne 165 euros pour une bouteille. Les attentes sont de plus en plus élevées.»

Début décembre, 17 000 bouteilles sont passées sous le marteau. La plus ancienne était un madère de 1863, la plus chère un magnum de Romanée-Conti de 2009. (geen verkoopprijzen of bevestiging van verwachting van 2 miljoen euro winst bekend?)

Du vin à peine destiné à être bu

Le gérant de l'entreprise, Aart Schutten, présente des bouteilles pour la photographie.
©Alexander d'Hiet

On estime que 99% du vin mondial n'est vendu qu'une seule fois. Le client final vide la bouteille et met ainsi fin à sa vie commerciale.

Un groupuscule de bouteilles de vin rares sont négociées fréquemment avant de connaître leur fin. Et certaines ne sont jamais débouchées, mais constamment revendues. C'est le destin de vins aux noms aussi légendaires que Petrus, Romanée-Conti, Angelus, Cheval Blanc et d'Yquem. De nouveaux noms viennent parfois s'ajouter à ce groupe select de classiques. Depuis que le célèbre guide Wine Advocate lui a attribué la note maximale de 100 points, le Grüner Veltliner Unendlich 2018 du domaine autrichien F.X. Pichler est plus négocié plus que consommé.

Pour les investisseurs, le commerce de ces vins de prestige constitue un investissement alternatif. Il s'agit d'une diversification de leurs investissements en actions, en immobilier ou en obligations. Le marché secondaire du vin est donc comparable au marché de l'art, des voitures de collection, des montres rares ou des squelettes de tyrannosaure.

De plus en plus de personnes considèrent le vin comme un investissement alternatif.
©Alexander d'Hiet

Le marché des vins de prestige a connu un véritable boom entre 2003 et 2010, grâce à quelques millésimes exceptionnels ainsi qu’à l'afflux d'argent chinois et américain. L'indice Live Ex 100, qui regroupe les prix des 100 vins de prestige les plus négociés, a plus que triplé au cours des sept années. À partir de 2011, les prix ont de nouveau baissé, même si de nombreux vins de Bordeaux du millésime 2010 ont encore battu des records. Depuis lors, des années relativement bonnes ont alterné avec de courtes périodes de baisse des prix, ce qui a permis au marché du vin d'atteindre un sommet historique début 2022, juste avant le début de la guerre en Ukraine. L'année 2023 n'a pas été une bonne année pour les investisseurs en vin. L'indice Live Ex-1000, l'indicateur des prix des mille vins les plus échangés, a chuté de 10% entre janvier et fin septembre.

Bien que le vin soit moins facilement négociable que les actions ou les obligations, ceux qui souhaitent investir dans le vin peuvent le faire en achetant et en vendant eux-mêmes des bouteilles. Tout comme dans le commerce de l'art, les ventes aux enchères jouent un rôle crucial, c'est pourquoi les frais sont élevés. Ceux qui achètent une bouteille chez Sylvie’s paient une commission de 19% en plus du prix d'adjudication.

Investir dans des vins de prestige peut également se faire de manière indirecte, en achetant des parts d'un fonds. Le plus connu est The Wine Investment Fund à Londres, qui investit dans des vins d'une trentaine de domaines bordelais légendaires tels que Pétrus, Angelus, Cheval Blanc et d'Yquem ayant au moins quatre ans d'âge. Le fonds a réalisé un rendement annuel de 5% entre 2004 et 2022, mais les investisseurs doivent encore déduire des frais, tels que les frais de gestion de 1,5% et les frais d'entrée. Le fonds exige un investissement minimum de 10 000 livres (plus de 11 500 euros).

Une troisième forme d'investissement mêle consommation et collection. Dans ce cas, les participants collectent des fonds pour acheter des bouteilles exclusives. Une partie du vin acheté est considérée comme un investissement, tandis qu’une autre est consommée par les membres. Ficofi, en France, est un pionnier de ce type de club de vin. En Belgique, un groupe de particuliers fortunés lancera bientôt sa propre initiative, The Generous, sous la houlette du sommelier Pieter Fraeyman (Hertog Jan).

Publicité