Publicité
sabato

Gregory Tuytens: "Les infos me font tomber de ma chaise"

Gregory Tuytens avec sa Lotus Elan S4 (1968), dont le siège baquet est sa chaise préférée. ©Hannes Vandenbroucke

Gregory Tuytens, spécialiste des voitures de collection, nous parle de ce qui le fait se lever de sa chaise: la sonorité des voitures anciennes, les courses de Juan Manuel Fangio et Roger Moore. 

Quelle est la chaise de votre vie? "Un siège de voiture. Et plus précisément, celui de cette Lotus Elan S4 de 1968. Aussi bien la voiture que son siège baquet classique me vont comme un gant. J’aime les voitures bien équilibrées et nerveuses. 'Add power, you’ll be faster on the straights, reduce weight and you’ll be faster everywhere', telle était la philosophie de Colin Chapman, fondateur de Lotus Cars. Cette Elan ne pèse pas un gramme de trop. C’est une jolie voiture de sport un peu sous-estimée."

Qu’est-ce qui vous fait vous lever de votre chaise? "L’esprit d’entreprise ambitieux, basé sur des idées simples et brillantes. Les voitures de sport anciennes, pour leur sonorité, leur odeur, leurs lignes, leur technique et leur histoire. Et la bonne musique, surtout celle de Fleetwood Mac."

Qu’est-ce qui vous a récemment fait tomber de votre chaise? "Les infos et chaque fois que je les écoute."

Sur quelle chaise aimeriez-vous vous asseoir pour un jour? "Celle de Juan Manuel Fangio, ‘El Maestro’, un des plus grands pilotes de tous les temps. Il a remporté les Championnats du monde entre 1948 et 1957, au volant d’une Alfa Romeo, d’une Ferrari, d’une Mercedes et d’une Maserati. Il a piloté les voitures les plus extraordinaires des années 50."

Qui aurait sa place au dîner de vos rêves? "Roger Moore, un acteur aussi fantastique dans les James Bond que dans ‘Amicalement Vôtre’, James Hunt, légende de la F1, l’acteur Rowan Atkinson, un passionné de voitures, et Sir Stirling Moss, icône de la course automobile qui, en 1955, a parcouru les 1.600 kilomètres des Mille Miglia en 10 heures, soit une moyenne de 160 km/h. L’audace et l’humour britannique réunis autour de cette table ne pourraient que donner une excellente soirée!"

Que faites-vous quand quelque chose vous tracasse? "Je joue au tennis. Ou je fais une promenade à cheval dans les environs de Wortegem-Petegem, dans les Ardennes flamandes. J’ai aussi des amis sur lesquels je peux compter, mais quand j’ai vraiment un problème, je demande conseil à mon père. Avec son bon sens à l’ancienne, il a souvent la solution aux problèmes. Sa devise? "Il n’y a rien de plus malin qu’un vieux Belge." (rires)

Qu’est-ce qui vous fait bondir? "Quelqu’un a récemment déclaré que ‘les Belges sont les toutous les plus dociles du monde’. J’aimerais beaucoup que notre société pétrie de règlementations retrouve un peu de liberté, d’audace et de tolérance."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité