Publicité
Publicité
sabato

Une maison achetée, une collection d'oldtimers offerte

Bart T’Hooft dans son garage avec son fils Brecht et son beau-fils Bruno Braem. ©Thomas Vanhaute

À l’achat de sa maison, Bart T’Hooft a reçu toutes les voitures qui s’y trouvaient. L'année dernière, il a fait passer le contrôle technique à 34 ancêtres.

Bart T’Hooft (60 ans) est en train de passer l’aspirateur dans son garage. Sur plus de 1.000 mètres carrés, il y a environ 65 voitures: des modèles uniques d’avant-guerre, comme la deuxième Oldsmobile (1902); des spécimens années 70 et des véhicules du patrimoine automobile belge - une Minerva WW 30 HP (1923), une Germain (1914), une FN Racer (1922) et une Imperia Mouette (1937).

Autobiographie: Bart T’Hooft (60)

Ex-gérant de l’imprimerie T’Hooft.
Voiture de tous les jours: BMW X5 xDrive45e (2020)
La première: Volvo 244 GL (1974)
La meilleure: BMW 530d (1999)
La pire: Range Rover P38 4.6 HSE (1998). "Je l’ai conduite moins d’un an."
Le rêve: "Une Maserati 3500 GT Spider avec une carrosserie Vignale: c’est la plus belle!"

Le retraité a beau être amateur de voitures (il s’est offert une Ferrari California (2010) pour ses 50 ans et une Maserati 3500 GT (1959) pour ses 60 ans), sa passion n’a commencé qu’au moment où il a voulu faire un cadeau à son épouse.

“Nous vivons à Aalter depuis vingt ans et elle rêvait d’une maison avec vue sur le lac du Kraenepoel. Il n’y en avait qu’une, et nous connaissions le couple qui y habitait. Léon Thiery, dermatologue-phlébologue, était aussi un collectionneur d’ancêtres passionné. À son décès, j’ai proposé à sa veuve d’acheter la maison avec sa collection.”

Après avoir repris la collection en 2017, il a repeint et climatisé le garage, et fait poser un sol chauffant facile à nettoyer. “Cette collection a juste croisé ma route. J’étais déjà fan de voitures, mais ma passion pour cette collection est venue par hasard. Je m’intéresse à la mécanique et, aujourd’hui, je travaille sur cette collection sept jours sur dept. Et je ne suis qu’en phase d’apprentissage! Je suis en train de renouveler le circuit électrique d’une Packard (1941) sur base d’un schéma acheté en ligne aux États-Unis. Quand j’aurai terminé, je serai fier: j’aurai appris quelque chose. Noël, le mécanicien attitré du docteur, vient m’aider en cas de problème. Donc presque chaque semaine!” (rires)

"Aujourd’hui, je travaille sur cette collection sept jours sur sept. Et je ne suis qu’en phase d’apprentissage!"
Bart T’Hooft
Collectionneur d'automobiles

Depuis, l’amateur est devenu un passionné. En 2018, il a participé au Zoute Rally avec la Lancia Aurelia B20 GT (1952) qui a appartenu à la légende de la F1 Juan Manuel Fangio. En 2019, il a fait Paris-Pékin à bord de la Karmann Ghia Type 34 (1966) avec près de 14.000 kilomètres parcourus en sept semaines. Et, en 2022, il prévoit de se rendre du Caire au Cap, soit 16.000 kilomètres, à bord de la Volvo Amazon 123 GT (1967).

Il organise également des rallyes familiaux. “Le dimanche, nous partons à neuf voitures. Nous avons développé une app avec la procédure de départ de chaque voiture: elles sont très différentes les unes des autres. Il y a quatre voitures que je n’ai pas encore conduites: certaines sont en cours de restauration ou bien les papiers ne sont pas en ordre. L’année dernière, j’ai fait passer le contrôle technique à 34 ancêtres!”

La Maserati 3500 GT (1959) achetée par Bart T’Hooft pour ses 60 ans. ©Thomas Vanhaute

Il adore prendre le volant de la 2CV de 1958, entièrement d’origine. “Rien n’a été restauré non plus sur la Cadillac V8 (1930). Elle roule super bien et tout fonctionne, même la jauge! J’oserais la prendre pour aller jusqu’à Pékin. Pour la Hotchkiss Grégoire Chapron Cabriolet (1952), sept pièces en aluminium ont dû être coulées. Les exposants du stand Hotchkiss au salon Rétromobile la connaissaient, mais ne savaient pas où elle se trouvait.”

À l’attention du lecteur attentif qui reconnaîtrait certains ancêtres, précisons que nous avions déjà présenté la collection du Dr Thierry en 2015. Cependant, T’Hooft l’a considérablement élargie depuis. “Hormis la Ferrari, je n’avais qu’une Porsche 996 Carrera Cabriolet (1999) et une Alfa Romeo 2600 Spider (1962). S’y sont ajoutées la Volvo Amazon, la Jaguar XK 140 OTS (1956) et la Mercedes-Benz 280 SL Pagode (1967).”

La Mercedes 280 SL (1967). ©Thomas Vanhaute

Bruno Braem (38 ans), beau-fils de T’Hooft, a découvert cette collection très jeune. “J’étais le voisin du docteur Thiery. Un jour, quand j’avais quatorze ans, je suis allé l’aider et, très vite, j’ai pu venir tous les samedis. J’ai participé à des rallyes et des salons à l’étranger. La BMW Isetta (1958) a été la dernière que nous ayons restaurée ensemble.” En guise de remerciement, Braem s’est vu offrir la Lancia Lambda (1925).

Brecht T’Hooft (34 ans) a reçu la Railton Fairmile Drophead Coupé (1934). L’épouse de Bart partageait le même esprit: ses deux fils ont acheté leur premier ancêtre en 2006. Bruno, une MGB (1969) et Brecht, une BMW 635 CSI (1979). Depuis, la TVR 400 V8 S (1992), la Jaguar XJ 4.2 C (1976) et la BMW Z4 3.0si Roadster (2007) de Brecht ont également trouvé leur place dans cette incroyable collection.

La Peugeot 402 Eclipse (1938) ©Thomas Vanhaute

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité