sabato

Entre sports d'hiver et sophistication: nos bonnes adresses à Saint-Moritz

St Moritz ©David De Vleeschauwer

Saint-Moritz a décuplé son capital glamour. Ne dites plus "village de montagne". La station de ski suisse accueille désormais des galeries, des boutiques et des événements artistiques.

La semaine prochaine, Nomad, la vitrine itinérante du design, prendra ses quartiers pour la deuxième fois à Saint-Moritz. Dix-huit galeries internationales de premier plan -dont la Thomsen Gallery à New York, la Galleria Rossella Colombari à Milan et la galerie bruxelloise Maniera- présenteront une sélection de design en édition limitée et d’art contemporain. C’est dans la Chesa Planta, une impressionnante demeure patricienne érigée en 1595, qu’aura lieu l’événement.

©David De Vleeschauwer

Voici donc une nouvelle activité pour la jet set de Saint-Moritz, qui vient s’ajouter au courses hippiques dans la neige, à la Coupe du monde de polo sur neige de Saint-Moritz ou au Cresta Run, une piste de glace que l’on dévale à plat ventre et qu’auraient également apprécié en leur temps Coco Chanel, Alfred Hitchcock et Brigitte Bardot.

Ces dernières années, Saint-Moritz est devenu bien plus qu’une station de ski: ce charmant village de montagne s’est mué en hotspot lifestyle où boutiques chics, restaurants gastronomiques, événements et galeries d’art d’envergure, sont un pic de raffinement encore plus scintillant que la neige fraîche du matin sous les rayons du soleil. Voici notre liste des meilleurs spots de 'La Mostra dans Les Alpes'.

Une fondue à 2181 mètres: Member club El Paradiso

Une des meilleures adresses pour déjeuner en altitude sur une terrasse  ensoleillée. El Paradiso, club de montagne, restaurant et bar qui, en plus de la fondue, propose des tapas, des cocktails et du champagne, tant pour accompagner les plats montagnards que les menus plus raffinés.

Soulignons que, même si l’enseigne est ‘member’s only’, tout le monde est le bienvenu s’il y a de la place et moyennant paiement d’un forfait (14 euros). À l’intérieur du club se trouve un autre club, encore plus exclusif, The Circle, où ses 99 membres sont invités à des soirées et à des événements dans des lieux inhabituels.

Pour vous y rendre, prenez le téléski dans le village, près de Suvretta House, puis continuez à ski ou à la marche jusqu’au chalet.

El Paradiso ©El Paradiso



Joyau du Bauhaus: Résidence Rolf Sachs

Rolf Sachs House St Moritz ©David De Vleeschauwer

L’artiste Rolf Sachs, fils du playboy mythique de la jet set sixties Gunther Sachs, vit dans l’une des demeures les plus remarquables de Suisse, un joyau Bauhaus érigé pour les Jeux Olympiques d’hiver de 1928. Après avoir sauvé le bâtiment de la ruine, il l’a entièrement restauré dans le respectant de son pédigrée.

Ce joyau n’est pas accessible au grand public, mais personne ne vous empêche d’aller admirer sa façade. Sachs est aussi le propriétaire du Dracula, une discothèque très select, située dans le jardin de l’hôtel Kulm où, depuis les années 1970, se déroulent les fêtes les plus légendaires de la station. Nous n’en saurons pas plus: ce qui se passe à Saint-Moritz reste à Saint-Moritz.

Calder dans les montagnes: Galerie Hauser & Wirt

Hauser Wirth St Moritz ©David De Vleeschauwer

La célèbre galerie suisse Hauser & Wirth délocalise l’art moderne au cœur des Alpes. C’est sa troisième adresse en Suisse, après Zurich et Gstaad, et la dixième dans le monde entier. La galerie occupe trois étages de la Palace Galerie, un bâtiment qui fait partie du Badrutt’s Palace, au centre de Saint-Moritz.

Une exposition solo consacrée au sculpteur américain Alexander Calder y est présentée jusqu’au 9 février. On pourra y voir et revoir les célèbres mobiles, mais aussi les tableaux de la période 1940-1970.

Dans le sillage de Hitchcock: l'hôtel Badrutt’s Palace

Badrutt's Palace St Moritz ©David De Vleeschauwer

Voici l’hôtel le plus iconique de Suisse. Tous les grands de ce monde ont séjourné dans cette institution, où les chambres sont décorées de mobilier et d’antiquités du XIXème siècle, dont Alfred Hitchcock qui y aurait écrit le scénario de certains de ses chefs-d’œuvre.

Son rstaurant, le Chesa Veglia, accueille les alpinistes comme la jet setdepuis 1936.  Bref, ce haut lieu mérite plus que tout autre son titre de Palace.

Art au féminin: Muzeum Susch

Susch Muzeum St Moritz ©David De Vleeschauwer

Le Muzeum Susch se trouve à une demi-heure de Saint-Moritz, dans le hameau isolé de Susch. Les architectes suisses Chasper Schmidlin et Lukas Voellmy ont restauré et agrandi la structure existante de cet ancien couvent pour en faire un des espaces artistiques les plus intéressants du pays.

Tant pour la collection permanente que pour les expositions, le musée de près de 1.500 mètres carrés est exclusivement consacré aux femmes artistes. En effet, la philanthrope et femme d’affaires polonaise Grazyna Kulczyk, instigatrice du Muzeum Susch, a voulu remédier à leur sous-représentation au sein des institutions.

Parmi les œuvres de la collection permanente, on notera ‘Stairs’ de Monika Sosnowska, une construction en acier de 14 mètres de long rappelant une colonne vertébrale. Magdalena Abakanowicz, Heidi Bucher, Zofia Kulik et Paulina Ołowska sont les autres artistes de premier plan exposées dans ce musée féministe, qui dispose également d’un restaurant raffiné. Quelques chambres d’hôtes y seront inaugurées cette année encore.

Broderies de luxe: Ebneter & Biel

©David De Vleeschauwer

Depuis plus d’un siècle, cette mercerie familiale de Saint-Moritz brode du linge de maison -serviettes, nappes, draps- avec un raffinement inégalé. Dans ce qui est le plus ancien magasin du village, dirigé depuis 25 ans par Andrea-Rita et Christian Biel, la clientèle est invitée à faire preuve de patience.

En effet, il faut compter jusqu’à un an d’attente pour un article de broderie personnalisée. Précisons que les brodeuses sont principalement des personnes de plus de 70 ans.

Fast & fabulous: Cresta Run

‘Gentlemen on sleds’, telle est la devise de la seule piste de skeleton naturelle du monde, qui offre chaque année la descente de leur vie à près de 12.000 casse-cous. La piste part de l’hôtel Kulm pour arriver à Celerina, soit 1.214 mètres de long et 157 mètres de dénivellation.

Les participants, qui doivent s’allonger à plat ventre et tête la première sur une luge, atteignent un bon 90 km/heure. La piste est ouverte de Noël à fin février, avec des courses le mercredi, le samedi et le dimanche. Après chaque course, la remise des prix, suivie d’un lunch, a lieu au Sunny Bar de l’hôtel Kulm - le Cresta Run a été conçu en 1884 par Johannes et Caspar Badrutt, les propriétaires de l’hôtel.

Tous ceux qui souhaitent tester le Cresta Run sont invités à se lancer, accompagnés par un moniteur et moyennant la somme de 550 euros pour 5 descentes.

St Moritz Cresta Run ©David De Vleeschauwer

Train vintage: Gourmino

Sankt Moritz par train ©David De Vleeschauwer

 Saint-Moritz se trouve à 830 kilomètres de Bruxelles. La façon la plus agréable de s’y rendre est de passer par Zurich. De là, vous prenez le train pour Coire, où vous monterez à bord du Gourmino, pour rejoindre Saint-Moritz dans un délicieux train vintage. Profitez de cette dernière étape pour  prendre un cocktail au bar ou déguster un menu trois services au wagon restaurant.

Risotto Casalingo: restaurant La Baracca

La Baracca propose une cuisine italienne simple et délicieuse. Le risotto est onctueux,  la pièce de bœuf, parfaitement grillée et la liste des cocktails est aussi longue que celle des schnaps. Le tout à des prix raisonnables, ce qui ne gâche pas la digestion.

L’ambiance à la Baracca est très cool, avec ses longues tables en bois où tout le monde se retrouve pour dîner au son de la bonne musique jusqu’aux petites heures. En fin de soirée, le cadre et la vibe changent: le restaurant se transforme en bar et, si l’ambiance e st bonne, les tables font office de pistes de danse.

La Baracca Sankt Moritz ©David De Vleeschauwer



Cuisine contemporaine: restaurant La Scarpetta

La Scarpetta St Moritz ©David De Vleeschauwer

Ce restaurant est dirigé par trois jeunes entrepreneurs: Luca Höfer, Dimitri Kefalas et Fabian Roth. Il n’est ouvert que depuis un an et, pourtant, il est déjà le rendez-vous des amateurs de cuisine contemporaine et originale.

La Scarpetta mise sur les produits de qualité et une cuisine raffinée, des antipasti aux pâtes maison, le tout arrosé de vins naturels, notamment slovènes. Le style est informel et, en fin de service, les patrons viennent s’attabler avec leurs clients pour déguster un bon verre de vin. La formule a fait mouche: La Scarpetta 2.0 vient d’ouvrir sur la Plaza dal Mulin.

Maison de vacances: Chesa Wazzau

Cette idyllique maison de vacances, dans le style typique des maisons de l’Engadine du XVIIe siècle, est située dans le village de Bever, à 10 minutes de Saint-Moritz. L’ambiance romantique -plafonds voûtés, murs épais et parquets grinçants- est doublée des commodités modernes (chauffage au sol, cuisine contemporaine et salles de bains comme des spas).

Elle n’accueille que 12 clients à la fois. Par contre, la longue table en bois peut accueillir plus d’amateurs. À partir de 460 euros la nuitée en chambre double. 

©David De Vleeschauwer

Lire également

Publicité
Publicité