sabato

À Tulum, entre nature, culture et "éco-logis"

©rv

Pour les touristes en quête de plages de sable fin, palmiers, anciens temples mayas, mais aussi clubs de yoga, soirées trendy et faune fabuleuse (toucans, jaguars, lamantins, tortues de mer): direction Tulum au Mexique pour une évasion éthique.

Autour de nous, il fait nuit. La forêt vierge et les habitants du petit village voisin de Chunyaxché, près de Tulum, au Mexique, sont encore endormis. Dans le faible éclairage provenant du night-shop voisin, Miguel Amar, notre guide, verse du café dans les tasses qu'il a apportées. Et donne une paire de jumelles à chacun d'entre nous. Il faut attendre encore un peu le réveil des oiseaux que nous observerons dans la réserve de biosphère Sian Ka'an.

Miguel Amar est réveillé depuis plus longtemps que nous; tandis que nous nous frottons encore les yeux pour évacuer le sommeil, il nous détaille le parallèle qu'il a établit entre notre société et la civilisation maya qui s'est effondrée il y a douze siècles.

©rv

"On me demande toujours comment une civilisation aussi complexe, avec autant d'oeuvres d'art, une organisation socio-politique aussi ingénieuse et de telles avancées scientifiques et technologiques, a pu disparaître presque du jour au lendemain. La cause est un mix de facteurs internes et externes, dont une mauvaise politique et un changement climatique qui n'a pas été provoqué par l'homme."

Et c'est là qu'il voit un lien avec notre époque. À la différence près que, cette fois-ci, c'est l'homme qui est responsable du changement climatique. "Si le climat ne figure pas en tête des priorités, si nous continuons à agir comme nous le faisons, nous subirons le même effondrement." Du coin de l'oeil, je vois ma soeur, doctorante en biologie, se dire en son for intérieur: "Très intéressant, mais j'ai encore besoin d'un café."

Jungle en danger

©rv

La côte et la jungle autour de Tulum sont les endroits paradisiaques les plus surprenants de l'état mexicain de Quintana Roo. Tulum est la seule ville fortifiée construite par les Mayas au bord de la mer, à environ 130 kilomètres de la ville plus connue de Cancún.

Si Cancún est le Benidorm mexicain, Tulum est son Ibiza. C'est vrai, Tulum est plus petite et il n'y a pas de méga discothèques, mais elle a des atouts. Les Instagrameurs trouvent facilement ici de quoi instagrammer. Ceux qui souhaitent lâcher prise ont le choix entre des tentes à sudation et des cours de yoga.

Les foodies se retrouvent le soir au restaurant pop-up Noma ou d'autres tables alléchantes. Et les clubbers font la fête jusque pas d'heure. "À Tulum, on repère plus de personnalités de la mode qu'à la Fashion Week de New York", écrivait le journal britannique The Guardian.

Les portes de l'inframonde

Pourtant, cet éco-paradis est menacé, et ce n'est pas par les touristes: le nouveau président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, veut tenir une promesse électorale: construire un chemin de fer maya de plus de mille kilomètres, reliant les stations balnéaires et les villes touristiques comme Cancún à des petits villages et sites archéologiques moins connus, situés dans des zones rurales, et la jungle tropicale. Ce projet de plusieurs milliards doit stimuler l'économie mexicaine, mais surtout attirer (encore) plus de touristes. Le premier tronçon, entre Cancún et Tulum, devrait être prêt dans les années à venir.

©rv

Le projet du président López Obrador est extrêmement controversé. Selon les experts, la liaison ferroviaire, qui traversera en partie la forêt tropicale humide, mettrait en danger non seulement les jaguars et d'autres espèces sauvages, mais aussi les réseaux d'eaux souterrains qui pullulent dans la région.

En effet, sous le sol calcaire et poreux se cache un système de grottes de plusieurs kilomètres, qui s'est formé après l'assèchement de la péninsule (un ancien récif corallien) au cours de la dernière période glaciaire. Au fur et à mesure que la jungle s'étendait, un gigantesque système de grottes s'est ainsi formé dans le sous-sol. Et comme il arrive que le sol s'effondre, certains de ces bassins d'eau douce ont été mis à l'air libre. Le terme technique de ces pièces d'eau est "doline d'effondrement", mais leur nom 'cénote', dérivé du maya 'dz'onot' ou puits sacré, est nettement plus poétique.

Pour les Mayas, les cénotes étaient ainsi des lieux sacrés qui permettaient de communiquer avec les dieux dans l'inframonde. De nos jours, ils font la joie des touristes amateurs de baignades et de snorkeling. Les experts craignent que le chemin de fer maya menace aussi ces merveilleux points d'eau.

Nature et culture

Ce projet d'infrastructure n'est pas le seul danger pour la nature. Le tourisme aussi fait des dégâts. Les arbres tropicaux cèdent la place aux stations balnéaires, les mangroves s'ensablent à cause des constructions et les beach parties font fuir les tortues de mer.

©rv

Afin de limiter les nuisances, le gouvernement mexicain a décidé de miser davantage sur la nature et la culture. Comme l'an dernier, lorsque la galerie IK LAB a ouvert ses portes dans l'éco-resort Azulik à Tulum, un projet soutenu par Santiago Rumney Guggenheim, arrière-petit-fils de la collectionneuse d'art Peggy Guggenheim.

Fabuleux écosystème

Pour la nature, on peut s'adresser à Miguel Amar, guide dans la région, les yeux fermés. Depuis quelques années, il est partenaire de la société locale Mexico Kan Tours, fondée par le Belge Johan De Clercq, archéologue, et l'Irlandais Frank Wall, dont la petite entreprise de tours à vélo fait partie de Mexico Kan Tours. "Je crois que nous pouvons canaliser l'énergie des touristes qui viennent ici pour faire quelque chose de positif", déclare Amar. "En leur apprenant des choses, mais aussi en allouant une partie des devises à la conservation de la nature ainsi qu'à des organisations locales."

Mexico Kan Tours verse notamment 1 dollar par personne à une ONG locale et s'efforce également d'appliquer une politique zéro déchet. Au lieu de snacks préemballés, on nous donne des biscuits maison et de la salade de fruits frais qu'Amar a préparée chez lui.

Les touristes sont priés d'apporter des bouteilles réutilisables. Plus d'une heure avant d'aller en mer, l'équipe indique clairement que la crème solaire n'est plus autorisée car elle nuit au corail. Même la crème solaire biodégradable est interdite. "C'est l'un des écosystèmes les plus diversifiés du monde, mais il est très fragile", justifie Amar.

Entre-temps, il fait jour et les oiseaux chantent. L'arbre à côté du night-shop est rempli de petits oiseaux multicolores qui ont l'air de jouer à se poursuivre. Dans les villages que nous traversons, les vergers bruissent de vie, dont des toucans à gorge jaune qui, avec leurs becs rayés de rose, orang et vert sont encore plus colorés que les autres.

Curieusement, l'oiseau le plus étonnant est le brun et discret merle fauve. "Cet oiseau chante juste au moment où les paysans se préparent à planter des arbres et cultiver des plantes", explique Amar. "Les Mayas croyaient que son chant aide le maïs à germer. Sous la terre, l'inframonde des Mayas, la graine a peur: c'est le chant du merle fauve qui l'aide à germer.

C'est pourquoi je trouve que l'observation des oiseaux est l'éco-tour idéal: grâce à eux, on comprend mieux la relation entre l'homme et la nature. Je suis convaincu qu'en observant les oiseaux, nous pourrons sauver le monde."

Hotspots

To sleep

Tortues

©rv

Mayakoba signifie 'village au-dessus de l'eau' en maya. C'est le cas du Banyan Tree Mayakoba, un resort entre un lagon et la mer des Caraïbes, qui propose un peu plus d'une centaine de villas privées avec piscine. Sur le plan éco-social, l'hôtel se distingue par le nombre élevé d'employés locaux, un programme de protection des tortues et un soutien aux projets de reboisement.

À partir de 459 euros la nuit. 

Raffiné

©rv

L'hôtel Chiringuito fait partie de la catégorie petit mais raffiné. Quatre chambres: une avec piscine privée et vue sur l'océan, une suite avec vue sur la mer, ainsi que deux chambres donnant sur la terrasse, le jardin et la piscine. L'ambiance au bar, au restaurant et au beach bar est très cool. Cela doit être à cause de la piscine à débordement.

À partir de 321 euros la nuit. 

Parenthèse

Seuls les adultes sont autorisés dans le Catalonia Royal Tulum Beach & Spa Resort. L'hôtel se trouve assez loin de l'agitation de Tulum, mais proche de la jungle, des mangroves et des cénotes. Le resort a obtenu le label de durabilité de la Rainforest Alliance pour sa politique zéro plastique et son action en faveur du recyclage des déchets et des 'beach clean-ups'.

À partir de 244 euros la nuit. 

Cabane en bois

Être considéré comme un resort de luxe sans avoir ni climatisation, ni télévision, ni wifi, ni électricité, c'est original! Les 48 villas de l'Azulik Eco Resort (enfants non admis) ont été construites avec des matériaux locaux pour limiter l'empreinte sur l'environnement. Chaque villa dispose d'une baignoire en mosaïque de style maya ainsi que d'un impressionnant intérieur.

À partir de 465 euros la nuit. 

To eat & drink

Street food

La Taquería Honorio est réputée pour ses tacos. Ce street stall est devenu un établissement relax pour le lunch. Goûtez donc la spécialité locale, la 'cochinita', du porc mariné et lentement rôti, servi sur des tortillas faites à la main. Elle ferme peu après midi: soyez à l'heure!

Andromeda y Satelite Sur, Tulum, Mexique.

Trendy

Si vous n'aimez ni les endroits hyper tendance ni les files d'attente, oubliez Casa Jaguar. On y vient pour le superbe jardin intérieur 'jungle meets beton' et la délicieuse cuisine, et on y reste pour les cocktails et le DJ. Pendant la journée, on sert du masala chai, une boisson épicée à base de thé, au Chai House.

Carretera Tulum Boca Paila 7.5 km 

Italien

©rv

Pousser la porte d'un restaurant italien au Mexique n'est pas un sacrilège et Posada Margherita est chaudement recommandé. Le poisson, les pâtes et la focaccia sont hyper frais et même gelato maison. Pendant la haute saison, il est généralement bondé. Et comme il ne prend pas les réservations, il est conseillé d'arriver bien avant l'heure.

Carretera Tulum-Boca Paila, Tulum, Mexique.

Marginal

Ce restaurant romantique (avec coin petit déjeuner) est un peu à l'écart du centre touristique de Tulum. Les hordes d'influenceurs n'ont manifestement pas encore découvert le Cetli et sa cour intérieure jaune vif et bleu. Profitez donc de la sensation d'être un invité, tant que c'est possible.

Carretera Tulum - Coba km 2,5. Tulum, Mexique. Réserver via message privé sur Facebook.

To eat & do

City trip

Valladolid vaut la peine d'être visitée pour son marché, son architecture coloniale, le musée Casa de Los Venados et la Casa del Maíz, un restaurant et musée dédié au lien entre le maïs et l'histoire de la région.

Valladolid est à une heure de Tulum. Les tour-opérateurs proposent des excursions, mais si vous préférez éviter les touristes, les compagnies de bus locales comme Ado sont fiables et bon marché.

Maya l'abeille

Le propriétaire français du petit hôtel Don Diego De La Selva a fondé une association pour sauver l'abeille Melipona. Cette abeille indigène ne pique pas et produit un miel que les Mayas considéraient comme curatif et sacré. Au spa de l'hôtel, les produits de soin bio sont à base de ce fabuleux miel des abeilles Melipona.

Calle Tulum Mza 24 Lote 3, 77780 Tulum, Mexique. 

Atlantide

Le réseau de Sac Actun, de plus de 200 km de long, est relié à celui de Dos Ojos. Ensemble, ils forment le plus grand réseau de grottes sous-marines du monde. Au début de l'année dernière, les archéologues y ont trouvé 200 sites archéologiques, dont 140 mayas. Il s'agirait du site archéologique sous-marin le plus important du monde, une sorte d'Atlantide en vrai.

Faune

Dans la baie près de Tulum, on peut observer des lamantins, mammifères aquatiques adorables. Dans la réserve de Sian Ka'an, on peut observer des crocodiles, des oiseaux, des dauphins et des tortues. Et le récif corallien méso-américain (le plus long après la Grande Barrière de Corail) est une merveille.

Le Sian Ka'an Adventure Tour, 150 euros par personne. 


Lire également

Publicité
Publicité