Publicité
sabato

After marathon à Rotterdam: nos adresses préférées

Bien que la façade du Depot Boijmans Van Beuningen ne soit pas encore terminée, on se bouscule déjà pour se photographier dans le reflet du bâtiment. ©Ossip van Duivenbode

Les sportifs ont rendez-vous ce week-end au célèbre marathon de Rotterdam. Les autres profiteront de l’été indien pour passer au nouveau Depot Boijmans Van Beuningen, qui confirme la réputation architecturale du plus grand port des Pays-Bas.

"Rotterdam. Make it happen" peut-on lire ici et là sur les murs, dans les rues et sur les affiches de la ville néerlandaise. Ce slogan résume bien l’ambiance: à Rotterdam, tout est possible. C’est surtout une bonne nouvelle pour le Belge Bashir Abdi qui, après sa médaille de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo, va s’attaquer au record européen à l’occasion du marathon, dimanche prochain. Et la ville portuaire est l’endroit idéal: son marathon très plat et donc très rapide est une aubaine pour les fans de la discipline.

Comme beaucoup d’événements ces derniers temps, le marathon de Rotterdam a été reporté: dans des circonstances normales, il aurait dû avoir lieu le 11 avril, mais le fait qu’il ait fallu attendre le 24 octobre ne dérange pas les quelque 15.000 participants. Ce qui est d’ores et déjà encourageant pour Abdi, c’est que la toute première édition du marathon de Rotterdam avait également été remportée par un Belge, un certain Niset. Mais peut-être ne devrions-nous pas le crier trop fort à Rotterdam le week-end prochain. En effet, Belges et Néerlandais continuent d’entretenir une sympathique rivalité, notamment en matière de sport.

Le marathon de Rotterdam se déroule sur fond de skyline architecturale. ©Luka de Kruijf

Le parcours du marathon de Rotterdam forme un huit à travers la ville: une boucle au-dessus de la Meuse, autour du Kralingse Plas, et une autre boucle en dessous de la Meuse, le long de Hart van Zuid, un quartier longtemps connu pour être difficile, mais qui connaît actuellement une renaissance progressive. Le théâtre de la Zuidplein y a récemment remporté un Global Architecture and Design Award dans la catégorie culture, une initiative de la plateforme internationale d’architecture Rethinking The Future. La particularité de ce bâtiment du bureau d’architectes De Zwarte Hond réside dans sa façade, un voile d’aluminium semi-transparent orné de motifs graphiques. Le jour, le voile crée un beau jeu de lumière à l’intérieur et, la nuit, la façade s’illumine de l’intérieur, ce qui lui donne une allure très particulière.

Mastodonte tout en légèreté

©Ossip van Duivenbode

Dans l’intervalle, une nouvelle bête de concours attend déjà une moisson de prix d’architecture. Le Depot Boijmans van Beuningen, qui ouvre officiellement ses portes le 6 novembre, est spectaculaire. Le bâtiment, en forme de bol de 39,50 mètres de haut, reflète le panorama environnant grâce à une façade composée de 6.609 mètres carrés de verre-miroir divisés en 1.664 panneaux. "Malgré sa taille, c’est un bâtiment léger, avec un toit végétalisé qui culmine à 34 mètres, en dialogue avec le parc du musée", explique Winy Maas, du cabinet d’architectes MVRDV. À première vue, il rappelle la sculpture "Cloud Gate" de l’artiste Anish Kapoor à Chicago, notamment parce que l’on se bouscule pour se photographier dans le reflet du bâtiment. Bien qu’il ne soit pas encore terminé, c’est déjà un spot Instagram incontournable.

"L’accessibilité de la collection montre l’importance que nous lui accordons et l’attention que nous lui portons."
Sjarel Ex et Ina Klaassen
Directeurs du Depot Boijmans van Beuningen

Autre endroit intéressant et hautement instagrammable: le restaurant du dernier étage, Renilde, nommé en l’honneur de l’ancienne conservatrice du musée, la Belge Renilde Hammacher. À sa tête, le chef Jim De Jong, âgé de 33 ans, a été proclamé "Jeune grand chef de l’année" par Gault&Millau en 2019. Par beau temps, les clients du restaurant s’attablent à l’ombre des 75 bouleaux et pins du toit-terrasse. Pendant la journée, il est réservé aux visiteurs du Depot, mais, à partir de 17 heures, tout le monde peut y réserver une table.

Tout est accessible

Le Depot Boijmans Van Beuningen offrira un nouvel espace à pas moins de 151.000 œuvres d’art. Nulle part ailleurs au monde on ne peut en voir autant en un seul endroit. En effet, dans la plupart des musées, la majorité des œuvres sont rangées hors de vue des visiteurs. Avant, les pièces étaient stockées dans les dépôts externes du musée Boijmans Van Beuningen, mais ces dernières années, elles avaient souffert d’inondations et d’un manque d’espace.

Il est logique que les musées aient besoin d’un dépôt. Habituellement, ils exposent environ 6 à 10% de leur collection, une situation à laquelle le Depot entend mettre fin. "Il s’agit d’un bâtiment fonctionnel, dans lequel nous prenons le plus grand soin de notre collection tout en la laissant accessible au grand public. Nous sommes convaincus que l’accessibilité de la collection montre l’importance que nous lui accordons et l’attention que nous lui portons. C’est quelque chose dont les habitants de Rotterdam seront fiers et qu’ils voudront voir de leurs yeux, parce qu’ils sont en partie propriétaires de cet inestimable trésor artistique", déclarent Sjarel Ex et Ina Klaassen, les directeurs de l’institution.

Le dépôt présentera toutes les œuvres qui appartiennent à la collection permanente du musée.

L’ouverture des archives est une tendance générale dans l’univers muséal. Le musée Middelheim d’Anvers vient, lui aussi, d’ouvrir un pavillon de collection où seront exposées de petites sélections de la collection permanente du musée. C’est surtout en ce sens que le Depot Boijmans Van Beuningen est unique: à la manière d’un inventaire physique, il expose réellement l’ensemble de la collection permanente. Pas de thèmes, pas de scénographie compliquée: juste tous les trésors artistiques soigneusement classés côte à côte.

Pour ne pas vous perdre dans ce gigantesque stock, il a été divisé en trois chapitres: "Maîtres anciens, nouvelles visions", "Surréalisme et surréel" et "Regard sur l’avenir". Malgré les 151.000 œuvres, le dépôt ne sera pas entièrement rempli: l’espace encore disponible pourra être utilisé à des fins commerciales ou loué à des collectionneurs privés à la recherche d’un lieu où abriter leurs collections.

Bombardé

Le bâtiment d’origine du musée Boijmans Van Beuningen est situé un peu plus loin, dans le parc du musée, et restera fermé jusqu’en 2028 pour cause de rénovation. Le musée doit son nom à deux grands collectionneurs d’art: Frans Jacob Otto Boijmans, qui fit don de sa vaste collection à la ville de Rotterdam en 1841, et le baron du port, Daniël George van Beuningen, qui légua sa collection complète au musée en 1958.

Rotterdam a choisi l’architecture moderne, comme cet immeuble à appartements de Piet Blom. ©Visual Stories Micheile -Unsplash

Le bâtiment original fut conçu en 1935 par l’architecte de la ville de l’époque, Ad Van der Steur, et se distingue par ses briques rouges, ses salons spacieux, ses nombreux recoins et petites salles confortables à l’intérieur. Quelques années plus tard, Boijmans collabora avec l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui fait encore frémir l’actuel directeur Sjarel Ex, mais permit de conserver intacte une grande partie des collections. Le mois de mai 1940 fut dévastateur pour Rotterdam et peu d’endroits en Europe furent bombardés de manière aussi dramatique.

Cette destruction fut déterminante pour la physionomie de la ville actuelle: après la guerre, Rotterdam n’a pas décidé de tout reconstruire dans sa gloire historique, comme ce fut le cas, par exemple, de Munich ou de Varsovie, mais a opté pour une architecture résolument moderne. Une voie qu’elle suit aujourd’hui encore et qui se manifeste dans sa skyline, de la magnifique gare centrale de l’architecte Sybold van Ravesteyn au bâtiment iconique abritant De Bijenkorf, conçu par nul autre que Marcel Breuer, en passant par le pont Erasmus de Ben van Berkel, les immeubles à appartements cubiques de Piet Blom, le bâtiment "De Rotterdam" de Rem Koolhaas, le quartier branché de Katendrecht, où les Rotterdamois viennent luncher au bord de l’eau, le prestigieux Hotel New York et le Fenix Food Factory, un peu moins formel.

Aile coupée

Le Boijmans Van Beuningen (le musée, pas le nouveau Depot) restera fermé pendant quelques années encore pour une rénovation complète. Laquelle n’est pas sans controverse: le budget explose et, pour couronner le tout, voilà que des Belges viennent brandir une assignation.

En effet, en 2003, le bureau d’architectes Robbrecht et Daem avait réalisé pour le musée une toute nouvelle aile latérale en verre qui, selon le nouveau plan de Mecanoo Architecten, doit être démolie. Et ce, sans consulter Paul Robbrecht ou Hilde Daem. Une chose est claire: l’architecture est un sujet important, surtout ici à Rotterdam. Et là, contrairement au sport, la rivalité belgo-néerlandaise est un peu moins sympathique.

Marathon de Rotterdam, 23 et 24 octobre,
www.nnmarathonrotterdam.nl

Depot Boijmans Van Beuningen: ouverture le 6 novembre, billets d’entrée via www.boijmans.nl

Les adresses préférées de Sabato

Rotterdam n’est plus la cousine de province d’Amsterdam. Le magazine Vogue a, lui aussi, succombé au charme de la ville portuaire, qu’il envisage comme "la version néerlandaise de Brooklyn".

Hôtel The Slaak

©JFilipe Wiens

Les amateurs d’architecture apprécieront ce beau bâtiment des années 50 de l’architecte Jo Vegter, classé monument national de la ville depuis 2010. Il abritait autrefois la rédaction et l’imprimerie de deux journaux, Voorwaarts et Het Vrije Volk. Aujourd’hui, il abrite un hôtel élégant proposant des chambres spacieuses et un restaurant raffiné, le Didot34. Avec un côté très Mad Men.

Cuisine raffinée Héroine

Il est indispensable de réserver dans ce restaurant de goût, tant dans l’assiette que dans la décoration et la présence subtile d’œuvres d’art. On ne se laisse pas tromper par le côté rock’n’roll de ses fondateurs, Eva Eekman et Michael Schook: la cuisine raffinée est de très haut niveau. En novembre, le duo d’entrepreneurs ouvrira un nouvel établissement, Putaine, qui flottera sur l’eau à la Wilhelminakade.

Kipstraat 12, www.restaurantheroine.nl

Café Man met Bril

Les hommes à lunettes, mais aussi les femmes sans lunettes et tous les autres cas de figure sont les bienvenus dans ce quartier général de Man met Bril, un label que l’on retrouve ici et là dans la ville. Paul Sharo torréfie le café qu’il sélectionne personnellement dans des plantations du monde entier. Résultat: un café délicieux, un chouette endroit animé dans le nord de la ville et le souvenir idéal à ramener après une escapade.

Vijverhofstraat 70, www.manmetbrilkoffie.nl

Culture Kunsthal

©Jeroen Musch

Même si, dans les mois à venir, le tout nouveau Depot Boijmans Van Beuningen focalisera l’attention, à deux pas se trouve un musée tout aussi intéressant, bien que le Kunsthal ne soit pas à proprement parler un musée, car, contrairement au Boijmans Van Beuningen, il n’a pas de collection. Le hall de 3.300 m² accueille cinq expositions itinérantes différentes, parmi lesquelles on en trouvera certainement une digne d’intérêt. Et si ce n’est pas le cas, on peut tout simplement admirer la superbe architecture de Rem Koolhaas ou s’installer sur l’agréable terrasse dans le parc.

Museumpark, www.kunsthal.nl 

Fashion Mostert & Van Leeuwen

Le match parfait entre architecture historique, intérieur moderne et mode contemporaine, telle est la définition de Mostert & Van Leeuwen. Cette boutique de la conviviale rue Van Oldenbarnevelt vend des belles marques – Dries Van Noten, Jil Sander et Stella McCartney – ainsi qu’une impressionnante offre de chaussures. Les propriétaires, Hugo Mostert et Sander Van Leeuwen, sont passés maîtres dans la conception de vitrines attrayantes.

Van Oldenbarneveltstraat 131, www.mostertvanleeuwen.nl

Vin WineTank

Ce nouveau caviste franchit un pas important dans la "durabilisation" du secteur. Chez WineTank, on ne vient pas pour acheter des bouteilles de vin, mais pour les remplir. Dans le droit fil de la philosophie zéro déchet, le vin est stocké dans de gigantesques cuves, dont certaines sont même refroidies, où l’on peut remplir sa propre bouteille ou une bouteille réutilisable achetée sur place. Les clients fidèles bénéficient même d’un "tank pass".

Van Oldenbarneveltstraat 128, www.winetank.eu

Fashion ANSH46

Une adresse pour les early adopters. Wouter Leenders et Kelly Erentreich se sont inspirés d’éminents concept stores de Stockholm pour ouvrir une boutique proposant des marques que l’on ne trouve nulle part ailleurs, comme Off-White, Marine Serre, Doublet ou Ottolinger. Le nom ANSH46 est un acronyme, qui signifie "Another Shop" suivi de 46, l’indicatif téléphonique de la Suède.

Van Oldenbarneveltstraat 99, ansh46.com

Design Fundamente

Passionné de design, Jarno Kooijman dirige depuis dix ans déjà une galerie à son nom dans le nord de Rotterdam, mais le voilà prêt pour un deuxième projet: Fundamente, une galerie qui se veut un peu plus accessible et qui propose principalement de beaux objets du XXe siècle pour séduire un large public. Le bâtiment qui abrite la galerie est (comment pourrait-il en être autrement?) d’une grande valeur architecturale. L’Industriegebouw, conçu par Hugh Maaskant, était un symbole dans le Rotterdam d’après-guerre. 

Goudsesingel 206, www.fundamente.nl

Flottant HotTug

©Alamy

Alors qu’à Amsterdam, on en est resté aux bateaux-mouches, Rotterdam a imaginé une embarcation beaucoup plus originale: un jacuzzi flottant, le HotTug. Pendant un minimum de deux heures, on flotte sur les canaux de Rotterdam en sirotant un cocktail (ou pas).

Unique Floating Farm

©Shutterstock

Située un peu à l’écart du centre-ville, la toute première ferme flottante au monde, redonne aux produits frais et aux animaux d’élevage une place dans la ville. Cependant, cette ferme n’est pas seulement spéciale parce qu’elle est flottante, mais aussi parce qu’elle mise sur la circularité: l’alimentation des vaches est constituée en grande partie des déchets organiques de la ville, tels que drêches provenant de plusieurs brasseries de Rotterdam, son des moulins de Schiedam, herbe tondue sur des terrains de sport du quartier et épluchures de pommes de terre d’un transformateur local. Dans la boutique, on vend du lait, des œufs, du babeurre et de nombreux autres produits frais.

Gustoweg 10, www.floatingfarm.nl

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité