sabato

De Namur à Knokke: nos bons plans pour les vacances de Carnaval

Le Domaine de Ronchinne situé entre Namur et Dinant.

Envie d'un city trip à la sauce belge mais en panne d'idées? Voici quelques destinations sympas et nos tuyaux pour vous loger, vous restaurer et vous occuper.

Namur

Où dormir

Le Domaine de Ronchinne (Château de la Poste 25, Maillen) est une belle réserve naturelle de 42 hectares entre Namur et Dinant. C'est ici que le designer belge Lionel Jadot a conçu un centre de bien-être "naturel", avec un étang de baignade et un spa extérieur traditionnel. Les chambres sont entièrement rénovées. Pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux, on a installé quelques "tiny houses", dont un "Loft Cube" moderniste et cinq chariots couverts rebaptisés "tentes de couchage" dans la cour du château.

Une chambre superior au château, à partir de 163 euros, petit déjeuner compris. La piscine chauffée est ouverte. Par contre, le sauna, le hammam et le jacuzzi sont fermés pour le moment. Plus d'infos au sujet de cet hôtel surprenant ici.

Domaine de Ronchinne, Namur ©Ivan Verzar

Où manger:

L’année dernière, le chef du restaurant Attablez-Vous (Tienne Maquet 16, Namur) a décidé d’ajouter, juste à côté de son restaurant, un traiteur et une épicerie fine. Cet investissement porte aujourd’hui ses fruits: on y maîtrise l’art et la manière des repas à emporter avec des produits de première qualité et des combinaisons savoureuses. Au choix: un menu deux services ou quelques plats à la carte qui permettent au chef de mettre sa générosité en valeur, comme des copeaux de truffe noire sur un ris de veau (30 euros) ou de la crème au citron et chou-fleur pour accompagner des Saint-Jacques (17 euros).

Le restaurant prend les commandes jusqu’au jeudi soir. Retrait le vendredi et le samedi de 16h à 18h30, et le dimanche de 10h à 12h. Le commentaire de notre critique culinaire ici.

Attablez-Vous, Namur

Que faire:
Alors que les selfies et la technologie de reconnaissance faciale sont en voie de devenir omniprésents, l’espace culturel Le Delta (Avenue Fernand Golenvaux 18, Namur) propose une exposition consacrée à la figure humaine vue de dos. Bien qu’il n’y ait pas de tableaux du Danois Vilhelm Hammershøi, qui, il y a 120 ans déjà, peignait son épouse de dos, on peut y admirer des œuvres de Michaël Borremans, le spécialiste des anti-portraits de dos. Ou les personnages insaisissables de Dirk Braeckman qui, eux aussi, se détournent mystérieusement du spectateur. Ou, encore, de Pistoletto, qui mêle reflet et silhouette de dos pour former une impossible rencontre.

"Vu.e. de dos", jusqu’au 21/2 au Delta à Namur.

"Vu.e. de dos", Namur ©Vincent Everarts

Bruxelles

Où dormir:

Le célèbre palace Steigenberger Wiltcher's (Avenue Louise 71, Bruxelles) est considéré comme l'une des plus belles adresses de la capitale, et à juste titre. Bien qu'il accueille principalement des hommes d'affaires, il a choisi de se consacrer à une autre clientèle, les familles. C'est ainsi qu'a été créée la formule EXTRAVAKIDS, un programme d'activités pour enfants partagés entre deux groupes d'âge. Si vous préférez un week-end romantique à deux, vous pouvez vous offrir la location d'une Bentley avec chauffeur pour faire des emplettes ou une visite de la capitale. Et pour terminer la journée en beauté, un dîner gastronomique pourra vous être livré dans la chambre.

À partir de 210 euros la chambre double, sans petit déjeuner.

Steigenberger Wiltcher's, Bruxelles

Où manger:

Le Michelin n’est pas avare de superlatifs au sujet de Kamo (Chaussée de Waterloo 587, Ixelles), le seul restaurant japonais étoilé de Belgique, qui propose "un jeu délicat de raffinement et de saveurs umami". Si le restaurant est fermé depuis plusieurs mois, les amateurs de préparations de poisson épurées ont une alternative: à 200 mètres de là, son chef, Tomoyasu Kamo, a ouvert une poissonnerie doublée d’un traiteur. Dans le comptoir, des Saint-Jacques reposent dans leur coquille sur un lit de glace pilée à côté de thon ultra frais et d’aiglefin à la chair immaculée.

Du mercredi au samedi, de 10h à 19h. Dimanche, de 10h à 14h. Livraison gratuite dans la région bruxelloise pour toute commande supérieure à 100 euros. Le commentaire de notre critique culinaire ici.

Poissonnerie Kamo, Bruxelles ©Alexander d'Hiet

Que faire:

La maison blanche du coin de la rue de Flandre est restée vide pendant plus d’un an, mais, depuis octobre, une librairie, Saint-Martin Bookshop, y propose, sur deux étages, une sélection de livres d’art neufs et d’occasion et, surtout, des éditions rares. Stéphane Aisinber, dirigeante de la librairie et collectionneur de livres, a gardé la décoration intérieure immaculée typique du créateur belge. Il a aussi le projet d’y organiser quatre expositions par an: la première, consacrée à l’artiste française Emmanuelle Lainé, est à voir pour le moment.

Jusqu’au 27 février, www.saint-martin-bookshop.com

Saint-Martin Bookshop, Bruxelles

Knokke

Où dormir

L’hôtel Van Bunnen (Van Bunnenlaan 50, Knokke) a 30 ans. Installé dans un superbe bâtiment Art déco à 300 mètres de la plage, cet hôtel familial entretient une relation étroite avec l’art contemporain. Sur la façade trône une œuvre de Peter Downsbrough et l’hôtel dispose d’une chambre "Wake up in Art", qui se trouve être une galerie d’art.

La chambre double à l'hôtel Van Bunnen, à partir de 130 euros, petit déjeuner compris.

L"hôtel Van Bunnen, Knokke ©David Samyn

Où manger:

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, Syrco Bakker, le chef de Pure C, propose une formule à emporter, Toko Syrco.  "Aux Pays-Bas, la 'rijstafel', un repas indonésien festif composé d’une multitude de petits plats, est un classique. Il date de l’époque coloniale, quand les Pays-Bas occupaient l’Indonésie: les préparations étaient locales, mais le service s’inspirait du banquet européen." Avec deux grands-parents indonésiens, le chef connaît la cuisine indonésienne sur le bout des doigts: "Je me base sur des recettes familiales adaptées au contexte zélandais. J’utilise du poisson de la mer du Nord et des légumes d’hiver comme le chou frisé, mais les goûts sont authentiquement indonésiens."

85 euros pour deux personnes, 135 euros pour quatre personnes, commandes via www.toko.dinnerbox.nu Take away gratuit à Knokke-Heist, livraison sur demande. 

Toko Syrco, Knokke

Que faire:

Gokelaere & Robinson (Golvenstraat 6, Knokke), la galerie de design de Stanislas Gokelaere et Céline Robinson, présente jusqu’au 28 février une exposition temporaire exceptionnelle, "Rio de Janeiro: between everyday life, art and design", où l'on peut admirer une magnifique sélection de design vintage brésilien signé Jorge Zalszupin, Joaquim Tenreiro, Carlo Hauner et Sergio Rodrigues.

Gokelaere & Robinson, Knokke

Hasselt

Où dormir

L’hôtel design BareFoodGiulia (Leopoldplein 26, Hasselt) a ouvert ses portes fin 2019 dans une maison de maître rénovée. En collaboration avec des artistes locaux, la propriétaire a créé un ensemble éclectique à la croisée de l’art et du kitsch dans les sept chambres. L’ancienne porte d’entrée, par exemple, a été utilisée comme écran de salle de bain. L’artiste Sonnie Melerowitz a imaginé plusieurs œuvres spécialement pour l’hôtel et des street artists ont pu se déchaîner sur les murs historiques. Le bar à cocktail étant fermé, on peut se faire servir des drinks dans sa chambre.

À partir de 119 euros la nuit, petit déjeuner non compris.

BareFoodGiulia, Hasselt

Où manger:

La ville est devenue un paradis pour les végétariens et les vegans, mais avec la touche épicurienne typique des Hasseltois. La salade de quinoa de chez Lento (Zuivelmarkt 34, Hasselt) a fait place à un menu quatre services regorgeant de légumes de saison. Le menu végétarien à emporter (30 auros) est à commander le jeudi via info@lentohasselt.be et à emporter le vendredi ou le samedi de 17h à 19h.

Que faire: 

La nouvelle aile du Z33 (Bonnefantenstraat 1, Hasselt), un centre d’art contemporain, de design et d’architecture, est déjà surnommée "le bâtiment d’exposition le plus extraordinaire de Flandre". L'architecture faite de hautes niches et de patios tranquilles se décline dans une palette de couleurs douces qui fait le lien avec le béguinage à l’arrière. Cette réalisation a décroché deux prix d’architecture et donné le coup d’envoi aux plans ambitieux du centre-ville.

Réservations sur le site du musée, visite limitée à 80 minutes.

Z33, Hasselt

Anvers

Où dormir:

Au cours de ces dernières années, le monastère augustinien plus que centenaire de l'hôpital militaire d'Anvers a été lentement mais sûrement transformé en un hôtel exclusif avec restaurant, centre wellness et boutique. Bien que le restaurant soit actuellement fermé, l'hôtel August (Jules Bordetstraat 5, Anvers) propose un forfait culinaire (à partir de 489 euros pour 2 couverts) qui comprend un repas quatre services, un petit déjeuner et une coupe de champagne inclus dans le prix de la chambre. Vous pouvez également opter pour un forfait wellness (à partir de 479 euros pour 2 personnes), soit un massage et un accès privé au spa.

August, Anvers ©rv

Où manger:

Le restaurant 5 Flavors Mmmei (Volkstraat 37, Anvers) propose des plats typiques de la cuisine cantonaise. Il est surtout connu pour la qualité de ses dim sum, des bouchées cuites à la vapeur. Le menu à emporter en propose 21 variétés différentes dont les classiques, comme les siu mai aux crevettes et hachis de porc enveloppés dans une pâte fine (6 euros la portion).

Vente à emporter le vendredi, le samedi et le dimanche de 17h30 à 21h.

5 Flavors Mmei, Anvers ©Dries Luyten

Que faire: 

La créativité de Dirk Van Saene, l'un des "Six d'Anvers", ne se limite pas à la mode ni à la céramique: cet artiste peint aussi, en autodidacte. Sa première exposition personnelle "Stories of hope and despair", qui s'est ouverte le week-end dernier à la Galerie Sofie Van de Velde (Léon Stynenstraat 21, Anvers), est consacrée à ses sculptures en céramique et ses peintures colorées. Plus d'informations sur Dirk Van Saene et visite de son atelier ici.

"Stories of hope and despair", jusqu'au 20 février, Gallery Sofie Van de Velde.

Expo Dirk Van Saene, Anvers ©Charlie De Keersmaeker

Gand

Où dormir:

Wonder (Serpentstraat 6, Gand), qui ouvre ses portes ce mois-ci dans les environs de Gand, propose deux suites et un service restauration. Son initiatrice est la cheffe Maël Schamp, qui a officié chez Wout Bru et Graanmarkt 13. En quête d’un lieu où organiser des événements, elle a déniché la Villa Wilhelmina à Heusden, une demeure construite à la fin du XIXe siècle pour la maîtresse allemande d’un riche Gantois. "Pour la décoration, nous avons joué la carte belge, notamment avec des meubles de Vormen et Muller Van Severen. Les œuvres d’art viennent de chez Demain, une initiative bruxelloise qui promeut les jeunes artistes", confie celle qui a remis son tablier de cheffe. "Sur demande, nous servons dans la suite le petit déjeuner, le lunch et le dîner." Grasse matinée au programme...

La chambre double, à partir de 75 euros.

Wonder, Gand

Où manger:

Le vendredi et le samedi, le chef Michaël Vrijmoed propose dans son restaurant (Vlaanderenstraat 22, Gand) un menu à emporter préparé avec des produits locaux et de saison. Vous pouvez choisir entre un menu cinq services (viande ou poisson, 115 euro) ou un menu végétarien (110 euros). Un petit plaisir gourmand? Commandez une portion de caviar ou de truffe en supplément (15 euros). Réservations avant le mercredi 18h sur info@vrijmoed.be.

Collecte le vendredi de 17h à 18h30 et le samedi de 12h à 13h30. Plus d'informations sur le restaurant Vrijmoed ici.

Michaël Vrijmoed, Gent ©Diego Franssens

Que faire:

Allez donc jeter un œil à l’exposition "Kleureyck" au Design Museum Gent (Jan Breydelstraat 5, Gand). Parmi la centaine de designers émergents et confirmés qui font un usage innovant de la couleur, Siegrid Demyttenaere et Sofie Lachaert ont élu Morten Klitgaard, James Shaw, Sigve Knutson, Studio Truly Truly et Buro Belén - des talents qui sont autant de sources d’inspiration. 

Kleureyck, Gand

Le parcours commence au rez-de-chaussée, dans les salles du XVIIIe siècle, où des projets permettent de voir, mais aussi de goûter, d’entendre ou de sentir la couleur. À l’étage, au fil d’un parcours "pigmentaire", des pièces de design sont classées en huit groupes de couleurs, chacun lié à des détails du célèbre polyptyque des frères Van Eyck, "L’adoration de l’Agneau mystique". Si la marche est le sport par excellence en cette période de coronavirus, le parcours que propose le Design Museum Gent est le plus haut en couleurs!

"Kleureyck", jusqu’au 21 février au Design Museum Gent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité