sabato

Les 6 "wandermusts" à voir au moins une fois dans sa vie

©Shutterstock

Cette envie irrépressible de voyager, elle nous gagne à nouveau. Découvrez six lieux aux quatre coins du monde où l’on peut observer un peu de magie.

Sabato, le magazine du week-end de L'Echo, sort un numéro spécial voyages. Partez à la découverte des plus beaux hôtels, aux quatre coins de la planète.

► Le Sabato Travel dans son entièreté, c'est par ici.

Les lagons roses Las Coloradas, Yucatàn, Mexique

Las Coloradas: 21° 35’ 51.3” N 88° 01’ 44.5” W ©Getty Images

Ceci n’est ni un mirage ni un cliché photoshoppé, ni même de la pollution chimique. Les lagons colorés Las Coloradas, situés au cœur du parc naturel de Río Lagartos, à trois heures de Cancun, appartiennent à un site de production de sel. Les lacs chargés en micro-organismes marins dotés de bêta-carotène (d’où la pigmentation orange-rose) sont formés en rectangle pour faciliter la collecte du sel.

Conseil pour Instagram

Pour admirer ce site et y faire vos plus belles photos à poster sur Instagram, il est préférable de vous y rendre en mars et en août, vers midi, quand le soleil est au zénith et maximise la couleur rose. C’est également ici qu’a choisi de s’installer la plus grande colonie de flamants roses du Mexique.

Les Rolling Stones de la Racetrack Playa, Death Valley, États-Unis

Racetrack Playa: 36° 40’ 52.68” N 117° 33’ 45.72” W ©Shutterstock

Sur le sol nu d’un lac asséché sont dessinées des lignes qui tournent à gauche ou à droite et sont ponctuées par une pierre. À l’œil nu, impossible de voir quoi que ce soit, mais, ici, les lignes sont tracées par le mouvement des pierres, millimètre après millimètre. En un an, l’une d’entre elles a parcouru 224 mètres, sans que quiconque lui vienne en aide.

Pierres en mouvement

Impossible, mais vrai. C’est tout le mystère des pierres mouvantes du site de la Racetrack Playa, à 1.130 mètres d’altitude, dans la Death Valley, aux États-Unis. Ce seraient en réalité de fines couches de glace qui, poussées par les vents puissants, embarquent avec elles les "rolling stones".

Les Chocolate Hills, Île de Bohol, Philippines

Chocolate Hills: 9° 47’ 54.8” N 124° 10’ 03.8” E ©Getty Images

Avec 7.000 îles, dont seulement 2.000 sont habitées, les Philippines gagnent à être plus fréquentées. Mais, ce n’est peut-être pas plus mal. Le pays regorge d'innombrables rizières et plages à couper le souffle. Mais l’île de Bohol et ses 1.776 collines verdoyantes tirent leur épingle du jeu.

Stairway to Carmen

Pour mieux observer ces formations coniques hautes de moins de 50 mètres et réparties sur 50km², il faudra grimper 214 marches jusqu'au meilleur point de vue à Carmen. Avec un peu de chance, on pourra aussi observer de loin un tarsier, ce primate endémique qui figure sur la liste des 25 primates les plus menacés au monde.

Le maelström Saltstraumen, Bodø, Norvège

Saltstraumen: 67° 13’ 53.7” N 14° 36’ 48.3” E ©Shutterstock

À 33 kilomètres de la ville de Bodø, Saltstraumen est le maelström le plus puissant du monde. Kezako? C’est ce dangereux courant tourbillonnant des côtes norvégiennes, produit par l’accélération de la marée et le déferlement de fortes houles dans le détroit. Chaque fois que la marée s’inverse, la mer reste calme quelque temps, une parenthèse opportune pour le passage de grands bateaux.

Phénomène impressionant

Toutes les six heures, 400 millions de mètres cubes d’eau s’engouffrent à grande vitesse (pouvant atteindre 20 nœuds soit 40km/h) dans le bras de mer de 150 mètres de large et 3 kilomètres de long qui relie le Saltenfjord et le Skjerstadfjord. Le maelström peut atteindre 10 mètres de diamètre et 4 à 5 mètres de profondeur. À noter, c’est plus impressionnant lors de la marée haute (horaires à consulter à l’office du tourisme local).

La Terre des Sept Couleurs, Chamarel, Île Maurice

Chamarel: 20° 26’ 21.6” S57° 22’ 24.8” E ©Shutterstock

Dans le district de Rivière Noire, à Chamarel, des dunes de terres riches en cendres volcaniques ondulent et arborent d’étonnantes couleurs. Celles-ci ont la particularité de toujours se séparer, même après avoir été mélangées.

Arc-en-ciel surprise

Les variations de couleurs de cet incroyable paysage, situé non loin d’une cascade de 100 mètres, sont dues à l’activité érosive du sol de basalte, combiné à d’autres composants minéraux, et à la pluie. Ce cocktail, ajouté au climat chaud et humide, favorise la décomposition du basalte à l’argile. Ainsi, les oxydes de fer donnent des couleurs anthracite et rouge, alors que les oxydes d’aluminium offrent le vert, le bleu et le violet.

Le Spotted Lake, Osoyoos, Canada

Spotted Lake: 49° 04’ 42.1” N119° 34’ 02.8” W ©Shutterstock

En été, chaque année, les eaux du lac endoréique Kliluk ou Spotted Lake (il ne se déverse donc pas dans la mer) s’évaporent. Ne subsistent alors que d’étranges petites étendues d’eau cerclées d’anneaux blancs.

Flaques teintées

C’est relativement banal, à ceci près que ces grandes flaques prennent des tonalités de bleu, vert ou jaune en raison des métaux qu’elles contiennent: calcium, sulfate de magnésium, sulfate de sodium… Après évaporation, le Spotted Lake contient finalement plus de minéraux que d’eau, ce qui fait qu’on peut -théoriquement- le traverser à pied.

► Le Sabato Travel dans son entièreté: c'est par ici.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité