agora

Agir commun, économie collaborative et peer-to-peer

à l’origine, le pair à pair ou peer-to-peer, souvent abrégé "P2P", fait référence à la structure d’un réseau. C’est la capacité des ordinateurs à rentrer en contact les uns avec les autres, mais sans qu’il n’y ait un point central ni qu’ils aient besoin d’une permission. Aujourd’hui le concept englobe beaucoup plus que les nouvelles technologies: le P2P rejoint des phénomènes nouveaux, tels que l’économie collaborative, l’open source, le crowdsourcing, les FabLabs, les micro-usines, le mouvement des makers, l’agriculture urbaine,… Quels liens y a-t-il entre le P2P, l’économie collaborative et l’"agir commun"? Telle est la question posée par un séminaire de l’association Philosophie & Management. Le P2P peut-il être l’une des clés de notre salut collectif, comme le suggère le titre du dernier livre de Michel Bauwens: "Sauver le monde: vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer"? En quoi, par exemple, le P2P pourrait-il être au cœur d’une stratégie de transition vers une société fondée sur "connaissance libre et ouverte"? Quels sont les risques que les "capitalistes netarchiques" (Facebook, Uber, Amazon,…), qui comprennent parfaitement l’importance du P2P, l’utilisent à leur profit (via le contrôle total de tout ce que nous faisons par notre ombre numérique) et le détournent ainsi de sa capacité à transformer notre système économique?