epinglé

Google aux commandes de la voiture sans pilote

La voiture sans conducteur représente sans doute un challenge prépondérant pour la mobilité des prochaines années et l’évolution sociétale en général. La difficulté majeure du projet réside cependant moins dans son élaboration (pourtant déjà effroyablement complexe) que dans sa mise en œuvre. Environ 1,2 million de personnes dans le monde trouvent chaque année la mort dans des accidents de la route (sans parler des innombrables blessés). 90 à 95% de ces malheurs sont causés par des erreurs humaines et entraînent bien entendu des coûts astronomiques. L’évolution technologique pourrait-elle permettre d’annihiler, en tout cas de réduire considérablement le facteur humain dans la conduite automobile, de diminuer ainsi le nombre des victimes et de réaliser de gigantesques économies?