leading story

"John Brennan est ‘l'assassin en chef' des États-Unis"

Le fondateur de WikiLeaks est un personnage difficile à saisir. Au sens propre. Réfugié depuis 2012 dans l’ambassade d’Équateur à Londres, il reste sous le coup d’un mandat d’arrêt européen après avoir été accusé d’agression sexuelle par la Suède. Alors qu’il a sous-entendu à plusieurs reprises que la procédure à son encontre était une manipulation des services américains. L’homme de 44 ans, aux célèbres cheveux blancs, vit donc reclus. Et ses relations avec Londres se détériorent. Coup sur coup, la Grande-Bretagne a refusé de lui accorder un sauf-conduit pour examen médical. Scotland Yard, qui cerne en permanence son refuge depuis 2012, vient de lever sa surveillance policière. Sous prétexte qu’elle est trop coûteuse et n’est plus appropriée.