agora

Le doux commerce du chemin de fer

Un samedi matin dans le train de la dorsale wallonne, quelque part entre Mons et Saint-Ghislain. Le moniteur qui encadre un groupe de marcheurs malvoyants interpelle l’accompagnateur du convoi pour lui signaler qu’un des membres du groupe a oublié sa canne de marche spécialement conçue en gare de Mons. "Où descendez-vous?" s’enquiert le contrôleur. "À Tournai.". L’accompagnateur passe alors un coup de fil à un de ses collègues en poste à Mons: "Vous n’auriez pas trouvé une canne de marche?" Et suit la description minutieuse que son propriétaire vient de lui faire. "Si? Très bien. Tu penses pouvoir me la remettre à temps en gare de Saint-Ghislain, via le véhicule de garde? (…) On est prévu là-bas à 10 h 01 (…) D’accord à tout de suite, chef."