Publicité
Publicité
leading story

Les activistes ne dorment jamais

Les générations passent, mais les actionnaires activistes restent. Et ils ne renoncent jamais. Cet été, plusieurs de ces actionnaires, souvent très minoritaires mais toujours très exigeants, ont encore fait parler d’eux. La semaine dernière, c’est le fonds activiste TCI qui a demandé au patron du groupe EADS (le constructeur d’Airbus) de se séparer "le plus rapidement possible" de sa participation dans l’entreprise Dassault Aviation. Motif: les perspectives médiocres de l’avionneur français. Autre exemple, Michael Dell, le fondateur du groupe informatique qui porte son nom, est aux prises depuis des semaines avec l’un des plus vieux activistes de la place, le fameux Carl Icahn, qui fut carrément l’un des modèles du personnage de Gordon Gekko, le "raider" incarné par Michael Douglas dans le film "Wall Street". Michael Dell souhaite racheter l’entreprise pour la retirer de la Bourse, et Carl Icahn s’y oppose farouchement. Avec un certain succès, puisque l’assemblée générale qui doit se prononcer sur l’opération a déjà été reportée trois fois… Enfin, le groupe japonais Sony fait face, lui, à un fonds d’investissement qui voudrait bien le voir scinder ses activités, avec l’électronique grand public d’un côté et le divertissement (dont la production de films) de l’autre. À noter que ces demandes de scission sont un grand classique chez les activistes: comme leur objectif principal est de maximiser leur profit avant de revendre leur participation, ils espèrent que deux entreprises distinctes auront plus de valeur qu’une seule. La direction de Sony a d’ailleurs reçu un soutien de poids, même s’il est plutôt inattendu: celui de l’acteur et producteur George Clooney, dont la maison de production a passé un accord avec Sony Picture Entertainment. Eh oui, la saga des actionnaires activistes a un petit côté hollywoodien, cet été…