leading story

Publicis-Omnicom, des dollars et des paillettes?

Fantastique, les numéros 2 et 3 de la pub mondiale fusionnent pour devenir numéro 1. C’est important. Tout le monde sait que la taille n’est pas une bonne stratégie mais la position sur une échelle, cela reste vital pour les poules dans le poulailler et pour les publicitaires et, surtout, le monde qui les entoure. Gagner de l’or c’est important aux jeux olympiques mais tout champion sait aussi que gagner l’argent, c’est perdre l’or. Pas dans la pub, les annonceurs choisissent leurs publicitaires en fonction des étoiles et macarons de leurs agences dans toutes les matières. Qui blâmer? Pas les agences, mais ceux que ça épate tellement que même les médias attribuent des prix et des médailles… aux annonces et donc aux annonceurs. Les paillettes de ce métier sont là parce que ceux qui en achètent les services aiment se laisser éblouir.