leading story

25 ans après Tiananmen, Pékin toujours sur les dents

Alors qu’est commémoré ce mercredi l’écrasement, il y a 25 ans, du mouvement de Tiananmen en Chine, les autorités ont renforcé ces jours-ci la répression et la censure. Le Printemps de Pékin auquel l’armée avait violemment mis fin le 4 juin 1989 reste tabou 25 ans plus tard et le gouvernement emploie les grands moyens afin qu’aucune allusion n’y soit faite. A l’approche de cette date, les internautes chinois ont constaté un très net ralentissement des flux sur l’internet, signifiant une activité importante des agents contrôlant les réseaux sociaux. Le moteur de recherche Google ainsi que ses différents services comme Gmail, Google Image, son application de traduction et d’emploi du temps mais aussi ses versions adaptées aux pays étrangers sont désormais inutilisables. Sur le principal service de microblogging de la Chine, Sina Weibo, le mot "Tiananmen" ou les expressions "4 juin" et "35 mai" (date fictive parfois utilisée) ont été censurés.