Publicité
Publicité
leading story

À La Haye, "Terminator" devant ses juges

Le procès de l’ex-chef de guerre Bosco Ntaganda, accusé de crimes contre l’humanité en République démocratique du Congo, dont le viol d’enfants soldats, s’est ouvert mercredi devant la Cour pénale internationale (CPI). "Bosco Ntaganda était un des commandants les plus importants et a ordonné des attaques et la mort" de civils, a affirmé la procureure Fatou Bensouda devant la cour à La Haye. "Cette affaire concerne la violence qui a décimé la région de l’Ituri, tuant des centaines de civils, en laissant des milliers vivre de rien dans la forêt." D’une voix presque inaudible et dans sa langue natale, le kinyarwanda, l’accusé, vêtu d’une chemise blanche et d’une cravate grise rayée, a répété qu’il plaidait "non coupable de toutes les charges retenues". Bosco Ntaganda, 41 ans, est accusé de 13 crimes de guerre et cinq crimes contre l’humanité, dont des meurtres, pillages, attaques contre des civils, viols et esclavage sexuel.