À Pékin, "plus personne n'ose aller au restaurant"

Avec la probable arrivée d’une seconde vague de coronavirus, c’est le branle-bas de combat à Pékin. "Les contaminations sont liées à un marché matinal où 70 à 80% des restaurants viennent s’approvisionner. La crainte d’une nouvelle vague est bien réelle", nous explique Pol Castermans, le manager de Duvel Moortgat, qui travaille dans la capitale chinoise.