leading story

Athènes assouplit son plan d'austérité

La Grèce, sous assistance financière internationale depuis 2010 pour éviter la faillite, est plongée dans l’austérité. Elle a taillé dans les salaires et retraites pour réduire les dépenses et relevé considérablement le niveau d’imposition. Mais le pays a décidé de lâcher du lest. Les salaires et retraites des magistrats, amputés par les mesures de rigueur, ont été rétablis et il en sera bientôt de même pour les fonctionnaires en uniforme. Le parlement, en application d’une décision de justice de 2013, a adopté jeudi soir un amendement révoquant les baisses de près de 27% infligées en 2012 au traitement des magistrats. Le ministre adjoint des Finances a indiqué que le gouvernement procéderait bientôt de même avec les salaires des policiers, soldats, pompiers et personnels maritimes victimes en 2012 d’un sévère coup de rabot que le Conseil d’Etat a récemment invalidé. Mais le FMI a mis en garde la Grèce contre une "fatigue de l’ajustement" alors que se pose la question d’un troisième plan d’aide au pays.