epinglé

"Au lieu de foutre le bordel…", Macron pris au piège de ses petites phrases

Au train où vont les choses "sortir une phrase de son contexte" pourrait bien un jour relever d’une infraction susceptible de poursuites. La presse française, décidément peu encline à copier-coller sagement la voix de l’exécutif, s’est largement fait écho hier d’une énième petite phrase sortie de la bouche d’Emmanuel Macron. En visite en Corrèze, le Président français a dénoncé ceux qui feraient "mieux de chercher du boulot" au lieu de "foutre le bordel". Aussitôt, son porte-parole Bruno Roger-Petit s’est fendu d’un tweet pour fustiger la reprise d’une citation "tronquée" et "sortie de son contexte". Une parade tellement éculée désormais que le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a de son côté plaidé pour le droit à "parler comme les Français", à arrêter "la langue de bois" et "oser nommer les choses". Comme s’il avait compris que la saga des saillies présidentielles créant des polémiques immédiates n’en était qu’au début.