Aucun couac lors des tests pour le transfert des allocations familiales

La Région bruxelloise assurera elle-même pour la première fois le paiement des allocations familiales le 8 février prochain. Dernière entité du royaume à procéder à la défédéralisation effective de cette compétence, Bruxelles pourra-t-elle se targuer d’une reprise sans aucun couac de paiement? C’était, en substance, la question posée ce mardi en commission des affaires bicommunautaires du Parlement bruxellois par la néodéputée Delphine Chabbert (PS), ancienne directrice du centre d’études de la Ligue des familles. "En Wallonie, ils ont connu des difficultés lors du transfert de données entre la caisse publique et les banques. Ces retards ont pénalisé des familles. Il s’agit d’un enjeu absolument crucial à Bruxelles où quatre enfants sur dix grandissent dans la pauvreté. Dans certaines familles, un seul jour de retard de paiement des allocations peut avoir un impact sur l’alimentation des enfants", a souligné la parlementaire socialiste qui tenait à savoir si le contrôle de l’ensemble de la procédure, prévu dans l’accord de majorité, était bel et bien effectué.