leading story

communication quand trump se met à dos la cia

C’est bien connu, Donald Trump entretient une relation ombrageuse avec les grand médias américains. Il est pourtant omniprésent dans le paysage médiatique, grâce à ses nombreux tweets polémiques, véritables armes de communication massive. Mais maintenant que Trump s’apprête à devenir le 45e président des Etats-Unis, le chef de la CIA John Brennan l’a mis en garde sur Fox News dimanche dernier, lui conseillant de "se discipliner", au nom de la sécurité d’Etat, et de "se montrer très rigoureux en s’exprimant publiquement", arguant que "les enjeux dépassent sa personne". Le président-élu lui a répondu hier sur la même chaîne : "je n’aime pas tweeter", en répliquant que face à la malhonnêteté des médias, il n’avait pas d’autre choix pour "réagir". Ce, avant de préciser qu’il ne comptait pas s’arrêter de tweeter à ses 20,2 millions d’abonnés après son investiture, qu’il annonce "grandiose". Ce nouveau sujet de discorde s’ajoute aux tensions déjà existantes entre Trump et les agences de renseignement américaines dont il compare les méthodes à celles de l’Allemagne nazie, en les accusant de diffuser de fausses informations à son sujet, comme dans le dossier russe.