leading story

"Dans deux jours ils n'auront plus le droit de tirer, alors ils bazardent les stocks"

"Dans deux jours, ils n’auront plus le droit de tirer à l’artillerie, alors ils bazardent les stocks." L’amère plaisanterie s’est répandue comme une traînée de poudre dans l’est de l’Ukraine, où les bombardements continuent malgré la signature d’un accord de paix à Minsk le 12 février. Le cessez-le-feu n’est censé entrer en vigueur que le 15 février au soir, et les deux camps semblent profiter du court délai pour renforcer autant que possible leurs positions.