leading story

Échec de la lutte contre le trafic des diamants

"Les droits de l’Homme ne sont pas respectés quand il est question du commerce des diamants". Telle est la thèse défendue par des députés des six partis de la majorité, une position qui va être remise à la Commission européenne. Pour le cdH, le PS, le MR, le CD & V, le sp.a et l’Open VLD, le processus de Kimberley, visant à éviter que les trafics de diamants ne financent les activités militaires des régimes rebelles, ne fonctionne pas. D’après les parlementaires, des diamants qui répondent aux critères du processus de Kimberley arrivent encore à passer par les mailles du filet. Dans certains cas, ils peuvent encore être liés à des conflits armés, à des faits violents ou à des violations manifestes des droits de l’Homme.