leading story

En Afrique, les "présidents à vie" ont la peau dure

Ces derniers jours, le Rwanda et le Congo (Brazzaville) ont tous les deux adopté une réforme de leur Constitution pour permettre à leurs présidents respectifs, Paul Kagamé et Denis Sassou Nguesso, de rester au pouvoir. Plus tôt cette année, le Burundais Pierre Nkurunziza n’a pas hésité à employer la manière forte pour s’accrocher à son fauteuil. Rien de neuf sous le soleil… Ces épisodes viennent s’ajouter à une longue liste d’Etats africains qui ont modifié leur Constitution pour permettre à leurs dirigeants de se maintenir au pouvoir. En 2008, c’était le cas par exemple en Algérie et au Cameroun pour autoriser les réélections d’Abdelaziz Bouteflika (au pouvoir depuis 1999) et de Paul Biya (au pouvoir depuis 1982). L’Ouganda, le Tchad, le Togo, entre autres, sont également concernés.