leading story

et en belgique? "Le latin est un facteur d’intégration sociale"

En Belgique, le débat sur les cours de "langues mortes" s’est éteint depuis l’hiver 2005, lorsque Marie Arena (PS) avait osé remettre en question l’existence des cours de latin et de grec dans les programmes scolaires. Elle n’avait eu aucun soutien des autres partis.