epinglé

Greenpeace piège des scientifiques américains climato-sceptiques

En prévision des négociations à la conférence de Paris sur le climat (COP21), des membres du bureau anglais de Greenpeace ont enquêté pendant six mois sur le travail de certains universitaires climato-sceptiques américains, en se faisant passer pour des représentants d’entreprises actives dans le pétrole et le charbon. Deux scientifiques, des universités de Princeton et de Pennsylvanie, ont accepté de rédiger, contre rémunération, des articles favorables à l’exploitation de ces ressources polluantes.