leading story

Guy Verhofstadt sauve les meubles mais sort affaibli

Le chef des libéraux européens semble être retombé sur ses pattes. L’affaire était pourtant loin d’être gagnée. Après avoir tenté de rallier les députés italiens du mouvement 5 étoiles à son groupe, et après avoir été forcé de faire machine arrière, sa crédibilité comme président de groupe était loin d’être garantie. "Le groupe a été sonné. On a compris avec cet épisode que les chances de Guy dans l’élection du président du Parlement s’étaient envolées", explique un eurodéputé libéral. Et pour certains, c’est la crédibilité même du Belge comme président de groupe qui était remise en cause. En s’alignant mardi matin avec les autres candidats au perchoir, Guy Verhofstadt risquait fort de voir une partie des siens lui tourner le dos. Bulletin secret ou pas, le décompte des voix en sa faveur aurait montré au grand jour le soutien personnel dont il bénéficie au sein du groupe libéral. En retirant sa candidature au dernier moment en faveur d’Antonio Tajani, le Belge s’est probablement évité une déconvenue.