leading story

Kinshasa ne veut plus d'un accord avec le M23

Les chances d’entente sur un document susceptible de régler politiquement le conflit entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les ex-rebelles du M23 semblaient très minces mardi au lendemain de l’échec de la signature d’un accord à Kampala. Le gouvernement congolais a été soumis à une forte pression internationale, en particulier de l’envoyée spéciale des Nations unies pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, et de son homologue américain, Russel Feingold, pour signer malgré tout un accord avec le Mouvement du 23 Mars (M23). Mais Kinshasa a tenu bon dans son refus de valider un texte qui avait été paraphé par les deux parties avant la défaite finale du M23 et estime que sa victoire change la donne.