leading story

L'Europe paralysée par ses démons

La première chose que l’on voit en entrant dans le Parlement européen à Strasbourg, c’est un drapeau blanc et rouge solitaire, pendu à la fenêtre d’un bureau: la croix de saint-Georges, l’étendard anglais. Sa présence ne signifie rien d’autre que le zèle d’un député antieuropéen, mais elle incarne très bien l’espace toujours plus grand que prennent les nationalismes dans le débat public européen. Quitte à paralyser l’Europe.