leading story

L'image de la France de nouveau écornée

Les images de dirigeants d’Air France, la chemise arrachée, bousculés par des salariés en colère, n’ont pas seulement choqué les médias internationaux, elles ont eu l’effet d’une bombe dans la classe politique française, consciente de leur impact dévastateur pour l’économie nationale. "Ces agissements sont l’œuvre de voyous (…), ils font mal à notre pays", a déclaré hier le Premier ministre Manuel Valls, dépêché au siège de la compagnie à Roissy. "Chacun comprend bien que ces images ont fait le tour du monde, ont non seulement choqué nos compatriotes, soulèvent de légitimes débats, mais jouent sur l’image d’Air France et de la France", a-t-il souligné devant les deux dirigeants agressés. François Hollande, en déplacement officiel au Havre, a lui aussi pointé les répercussions de tels actes: "Ça compte, le dialogue social… Et quand il est interrompu par des violences, des contestations qui prennent des formes inacceptables, on voit ce que ça peut avoir comme conséquences sur l’image, sur l’attractivité" du pays.