La mouvance salafiste dans le collimateur du gouvernement français

Trois jours après l'assassinat d'un professeur, les autorités françaises promettent l'expulsion de fichés S et la dissolution d'organisations soupçonnées de prêcher la haine.