leading story

La pression US sur Huawei fait le tour d'Europe

La pression américaine à l’égard de Huawei n’est pas près de se réduire. Et ce pour deux raisons, évoque Jonathan Fritz, directeur des relations bilatérales et régionales au ministère des Affaires étrangères des USA, rencontré jeudi à Bruxelles. D’une part, de par la nature du régime qui soutient le géant chinois. En sus d’une concurrence déloyale mondiale résultant d’aides d’État massives, "leur politique en matière d’accès aux données par leur gouvernement est à souligner. Une réalité fixée par loi pour toute entreprise dans le pays". D’autre part, et c’est un corollaire de la raison initiale, de par un rôle clé dans le déploiement de la 5G avec ses réseaux bien plus intelligents que ceux de la 4G. "Là, une ligne de code modifiée pourra changer des fonctions clés. Les enjeux sont donc élevés."