Publicité
Publicité

La tension monte en Catalogne, Pedro Sanchez en position délicate

La tension monte en Catalogne. Et à Madrid. Les manifestations contre les lourdes peines de prison infligées lundi à neuf séparatistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017 ont continué hier. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, qui s’est entretenu avec les principaux leaders de l’opposition, n’écarte aucune option mais préférerait éviter de mettre la région sous tutelle en pleine précampagne électorale en vue des législatives du 10 novembre.