leading story

Le budget pour les informateurs fond comme neige au soleil

Cela fait des années que la Sûreté de l’État est sous-financée, mais la situation est devenue tellement dramatique que même les fonds destinés à payer les informateurs sont en train de s’assécher, préviennent différents membres du service. Ils craignent que cette situation déplorable n’hypothèque surtout la lutte contre le terrorisme. "La Sûreté de l’État travaille avec un très grand nombre d’informateurs, occasionnels ou répertoriés, témoigne un chef de la Sûreté de l’État. Ce ne sont pas des sommes importantes. Elles ne dépassent guère les quelques milliers d’euros par mois. Ce n’est pas ça qui va les rendre riches. Il n’empêche que nous sommes confrontés à un manque de fonds. L’argent pour payer les informateurs n’arrive plus! Et ce n’est pas à vous que je dois parler de la dangerosité de cette situation. Avoir la bonne personne à la bonne place vaut de l’or dans le monde de l’information. Cela demande des années de travail, mais cela rapporte plus que n’importe laquelle des écoutes téléphoniques."