leading story

Le coût salarial belge augmente plus vite que la moyenne

Les coûts de la main-d’œuvre en Belgique ont augmenté à un rythme annuel de 2,6% au 1er trimestre, selon des chiffres d’Eurostat. C’est au-delà de la moyenne européenne, qui est de 1,6%. La comparaison avec nos voisins immédiats est contrastée. Les coûts sont stables en France et aux Pays-Bas (+ 0,1%) mais progressent nettement en Allemagne (+ 3,9%) et au Luxembourg (+ 4,6%).

En outre, si le chiffre belge reste supérieur à la moyenne de la zone euro, celle-ci a augmenté par rapport au premier trimestre 2012, alors que le chiffre belge est, lui, en diminution (2,6 au lieu de 3%). Notons encore que la moyenne européenne est impactée par la baisse du coût salarial constatée en Espagne (-0,7%), à Chypre (-0,5%) et au Portugal (-0,3%). Les résultats grecs ne sont pas connus. L’analyse par secteur indique que le handicap belge se creuse surtout au niveau du non-marchand (+ 2,8% alors que la moyenne est de 0,9% dans la zone euro). Pour l’économie marchande, le coût salarial augmente de 2,5% en Belgique pour 2% dans la zone euro.

Notre pays fait mieux que la moyenne dans l’industrie (2,4 au lieu de 3,3%), mais moins bien dans la construction (2,7 contre 1,8%) et dans les services (2,5 contre 1,3%). Ces données devraient raviver les demandes de mesures de soutien à la compétitivité des entreprises belges. Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD & V) a réclamé la semaine dernière de nouvelles baisses de charges sociales, tandis que le secrétaire d’État Hendrik Bogaert prônait la défiscalisation des heures supplémentaires. A priori, tout le monde comprend ces demandes mais s’interroge sur la manière de les financer, en période d’austérité budgétaire accrue.