leading story

le G7 réuni en Italie "pas d’avenir pour la Syrie avec assad"

Le G7, Etats-Unis en tête, a jugé mardi que l’avenir de la Syrie devait s’écrire sans Bachar el-Assad. Les ministres des affaires étrangères du G7, ainsi que les représentants de plusieurs pays arabes (Qatar, Jordanie, Emirats arabes unis, Arabie saoudite) étaient réunis hier à Lucques (centre de l’Italie). Ils ont insisté sur le fait qu’il n’y avait "pas d’avenir de la Syrie possible avec Bachar el-Assad", selon le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault. "Ce n’est pas une position d’agressivité à l’égard des Russes, plutôt une main tendue, dans la clarté", a-t-il insisté. Les ministres présents ont plaidé pour un cessez-le-feu garanti par un dispositif international, pour "empêcher les avions syriens de décoller, bloquer les missiles antiaériens et cantonner les forces syriennes", afin que les discussions de Genève entre le régime et l’opposition puissent reprendre au plus vite. Par contre, les membres du G7 ne se sont pas accordés sur de nouvelles sanctions à imposer aux responsables syriens, ou éventuellement russes. Pour l’Italie, "les sanctions sont un instrument et non pas une fin en soi", a expliqué le ministre italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano, en mettant en garde contre toute tentation d’isoler la Russie "dans un coin".