epinglé

"Nutella Bars", ce n'est pas persan...

On savait les autorités culturelles françaises et québécoises tatillonnes sur l’utilisation de termes anglais dans la vie de tous les jours, mais il y a "mieux": l’Académie de la langue et de la littérature persane en Iran. Le mois dernier, cette autorité fondée en 1935 par le Shah d’Iran, est partie en guerre contre les "Nutella bars". Elle reproche à ces snacks bars, où l’on vend crêpes et autres douceurs nappées de Nutella, d’utiliser des termes étrangers sur ses enseignes, contrevenant ainsi à une loi iranienne stipulant qu’aucune langue étrangère ne peut apparaître sur les devantures de magasins.