Publicité
Publicité

"On peut aussi se décharger des parts de l'État dans certaines entreprises publiques" (Vincent Van Quickenborne)

La situation sanitaire incite le ministre de la Justice à privilégier la prudence et rester sur des mesures "plutôt strictes". Et la privatisation pourrait financer la relance, estime-t-il.