leading story

témoignages

"Il y a du machisme en politique belge, car d’une certaine manière c’est un monde où certaines remarques vis-à-vis des femmes sont plus acceptables et mieux tolérées qu’ailleurs. La vie politique belge est organisée d’une telle manière qu’il ne faut pas se leurrer, c’est moins facile d’exercer ce métier en étant une femme qu’un homme. Une femme devra parler plus fort pour se faire entendre en politique; si elle parle trop fort, on va lui dire qu’elle s’énerve très vite. Il faut travailler sur une meilleure représentativité de la femme en politique, on doit aller vers la parité". "Maintenant, il ne faut pas jouer les vierges effarouchées, moi aussi je traite certains hommes politiques d’hystériques, franchement, ce n’est pas ça qui est grave. Enfin, je dirais qu’avec cette nouvelle majorité qui comporte des représentants bruts de décoffrage, ça ne va pas en s’améliorant question machisme. Les projets de cette droite visent essentiellement à renvoyer les femmes au foyer, il n’y a rien pour appuyer leur développement culturel et social. Ça m’inquiète".