leading story

Tunisie : les islamistes au pouvoir campent sur leurs positions

Le chef du parti islamiste au pouvoir en Tunisie a exclu toute démission du gouvernement et dissolution de la Constituante, qualifiant "d’anarchistes" ces revendications, trois semaines après l’assassinat d’un opposant qui a déclenché une crise politique. Rached Ghannouchi a une nouvelle fois balayé les appels de l’opposition qui manifeste et milite depuis trois semaines pour la mise en place d’un gouvernement de technocrates. Ghannouchi propose d’élargir le gouvernement à d’autres partis et de former un cabinet "d’union nationale".