leading story

union sacrée médias français et géants du web partent en guerre contre les "fake news"

La campagne présidentielle américaine avait donné le ton. Celle qui vient de commencer en France risque à son tour d’être polluée par la propagation de fausses informations sur les réseaux sociaux surtout depuis l’affaire du Penelopegate. Pour lutter contre ces "fake news", médias et géants du web ont décidé de faire cause commune. First Draft News, un réseau financé par Google regroupant des ONG et la plupart des grands médias internationaux et le Google News Lab vont lancer le site CrossCheck. Il permettra à 16 médias partenaires (France Télévisions, AFP, Libération, Le Monde…) de collaborer pour identifier et vérifier les contenus en ligne (textes, photos, vidéos, commentaires...). Une équipe d’étudiants en journalisme formés par Google remettra dans leur contexte chaque post-mensonger. Ce flux sera supervisé par l’AFP et consultable sur le site CrossCheck. Accusé de faciliter la diffusion de fausses infos, Facebook est lui aussi partenaire du projet. Il mettra à disposition un outil d’identification et de suivi de contenus en lien avec la présidentielle. Enfin, le public pourra lui aussi signaler des contenus douteux.