Publicité
Publicité
leading story

William Shakespeare, poète, dramaturge et… fumeur de joints

"Le fou, l’amoureux et le poète sont farcis d’imagination." Dans cette énumération, tirée du "Songe d’une nuit d’été", Shakespeare aurait-il dû ajouter: le cannabis? C’est en tout cas ce que pense une très sérieuse étude publiée dans le "South Africain Journal of Science". Selon le chercheur, le dramaturge aurait tiré son inspiration de certaines substances. Il en veut pour preuve quatre pipes de terre cuite retrouvées dans le jardin de Shakespeare, à Stratford-upon-Avon et remises aux chercheurs par la "Shakespeare Birthplace Trust". Les échantillons retrouvés dans les tuyaux et les fourneaux de ces pipes contiennent des traces de cannabis. L’Angleterre du XVIIe siècle faisait le commerce de toutes sortes de substances. La présence de cannabis dans les pipes de l’auteur de Roméo et Juliette ne serait donc pas étonnante.