leading story

Contenu intégré: la Sabam fait volte-face

La Société belge des auteurs soutient qu’elle peut légalement percevoir une redevance sur les liens de contenu intégré vers des vidéos sur les plates-formes comme YouTube. La Sabam semble moins sûre de son argumentation aujourd’hui puisqu’elle a annoncé la suspension, certes temporaire, de la perception de ses droits d’auteurs sur les oeuvres en question, considérées comme une nouvelle publication au public. Elle va désormais entamer une période de réflexion. Toutefois, "sur le principe, la Sabam ne renonce pas et entend préserver les intérêts de ses 39.000 auteurs-membres", écrit-elle. Des concertations avec les acteurs du secteur sont prévues.