Publicité
Publicité
leading story

"Difficile de faire ce métier sans être optimiste"

Patron de la Sofina depuis 2008, Harold Boël explique que, "sans être optimiste, c’est très difficile de faire ce métier". Car "on parie sur le fait que demain sera mieux qu’aujourd’hui." Dès lors, pour l’accompagner dans ses réflexions, l’homme s’est bien entouré. Il peut compter sur une équipe d’une soixantaine de personnes, réparties entre trois bureaux dans le monde, qui lui apportent chacune un regard neuf. "L’âge moyen de nos investisseurs, par exemple, est de 35 ans."